A la une

Roman et Tamara, ou la solidarité dunkerquoise au secours de deux Biélorusses

Pour la première fois de son histoire, le peloton du marathon de Dunkerque (42,195 km) s’est élancé hier matin de Bergues, pour arriver en fin de matinée dans les entrailles du Kursaal. Les organisateurs,qui misaient sur l’effet « Ch’ti » pour attirer les participants, ont eu raison d’y croire : sur les cinq cents concurrents figurait une centaine de Belges, dont soixante-sept du seul club de Charleroi. Une première. Sans oublier deux visiteurs inattendus, venus de beaucoup plus loin…

Roman, à gauche, Tamara, au centre, et Éric Brière, communiquant ici via le langage des mains.

Ils s’appellent Roman Asayevich et Tamara Klimovich. Unis dans la vie, ces deux Biélorusses venus de Minsk participaient pour la première fois au marathon de Dunkerque. Leur particularité ? Ils sont sourds et muets. « Nous ne savions même pas qu’ils allaient venir. Lui, pourtant, connaissait mon nom. Qui sait, peut-être l’avait-il trouvé sur Internet », explique Bernard Dubois, président de l’association du Marathon de Dunkerque.

Roman et Tamara, en fait, ont quitté leur pays en fin de semaine pour rejoindre Bergues en train puis en bus. « Quand ils sont arrivés samedi, à 19 h, ils n’avaient, ni certificat médical, ni réservation d’hôtel ! », reprend Bernard Dubois.
Collectionneur de médailles

C’est alors que la solidarité dunkerquoise s’est mise en marche. « Heureusement que moi et mon mari connaissons un peu le langage des mains, cela nous a permis de communiquer avec eux », explique Catherine Brière, photographe du marathon, dont l’époux, Éric, membre du comité d’organisation, participe aussi à l’épreuve en tant que concurrent.

Après s’être démenés comme de beaux diables, les bénévoles de l’association ont trouvé un médecin qui a délivré un certificat médical au couple biélorusse.

Restait alors à dénicher un hôtel pour la nuit, « ce que nous avons finalement trouvé à proximité de la digue de Malo », explique Catherine Brière.

Et d’ajouter : « Vu la distance que ce couple a parcourue pour venir ici, on imagine leur déception si l’inscription leur avait été refusée ! Cela explique la solidarité qui s’est mise en place, tant au niveau de l’association que du médecin et des hôtels. » Hier matin, Roman Asayevich et Tamara Klimovich ont ainsi pu prendre le départ de l’épreuve. Quid de leur classement ? Là n’est pas le plus important, en fait. « Roman, explique Éric, l’époux de Catherine, participe à de nombreux marathons en Europe, dont celui de Berlin, pour collectionner les médailles (chaque participant en reçoit une en guise de souvenir). » Hier, le Biélorusse a ainsi pu en ajouter une 281 e à sa collection : celle du marathon de Dunkerque.

Source : http://www.lavoixdunord.fr © 12 Octobre 2009 à Dunkerque

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.