Jugée pour avoir abandonné son enfant

0

La maman de Bébé Seck édifiée sur son sort le 25 septembre

Le jeudi 20 août dernier, Le Quo­ti­dien faisait état à sa Une de la dé­cou­verte par la Gendarmerie de la maman de Bébé Seck. Cet en­­fant sourd, muet et paraplégique avait été abandonné à San­gal­kam. La dame en question répondant au nom de Mariama Thian­doum sera inculpée avant d’être placée sous mandat de dépôt par le procureur.
La vingtaine bien consommée, extraite du box des femmes, la prévenue Mariama Thiandoum a comparu hier devant la barre du Tribunal des flagrants délits. Elle est poursuivie pour le chef d’inculpation d’abandon d’enfant, dans un lieu non solitaire.
Devant les juges, elle soutient ne l’avoir pas jeté, mais avoir plutôt dé­posé le bébé chez son grand-père. «J’ai eu un enfant que je ne pouvais pas garder. Alors, c’est ainsi que dans la nuit du 17 novembre dernier je me suis rendue à Sangalkam chez les parents de Ahmet Boye pour y déposer cet enfant. J’ai fait la connaissance de ce dernier en ville (à Dakar) où je travaillais comme ménagère. Quand il a su que j’étais en état de grossesse, il a refusé la paternité de cet en­fant. Après avoir accouché d’­un garçon, n’ayant plus les mo­yens de nourrir l’enfant, j’ai décidé de l’amener chez Ahmet Boye. Il faisait 5 heures du matin. Je l’ai posé devant la porte et je suis partie. J’avais constaté, dès sa naissance, que l’enfant était handicapé physiquement. Il avait 4 mois et j’étais malade», renseigne la prévenue.
Le vieil homme, Ibrahima Thiam 67 ans, cité comme té­moin dans cette affaire, devant les juges soutient : «Au courant du mois de janvier 2006, Maria­ma Thian­doum est venue chez moi pour me dire que l’enfant est de Ahmet Boye. C’est par la suite qu’elle est revenue, plus tard, le déposer chez moi. Et c’est ainsi que j’ai transporté le bébé au poste de santé de Sangalkam.»
Le médecin du poste de santé, présent lors du procès, indique à son tour : «J’ai essayé de l’entretenir au pos­te. Par la suite, nous avons constaté que l’enfant était un handicapé. Et l’entretenir était très difficile. J’ai contacté un journaliste du journal Le Quotidien. A la pu­bli­cation de cette af­faire dans ce journal, les bonnes vo­lontés ont réagi. Mais, il faut dire que l’enfant était très bien habillé lors­qu’­on l’a déposé devant le domicile du vieil homme et était très propre.»
Le procureur, qui n’a pas fait de réquisitoire, demande au tribunal une application de la loi pénale.
Le conseil de la défense, Me Ndiaye, plaide la relaxe ou bien une application bienveillante de la loi. «Elle a été engrossée par le garçon Ahmet Boye. Deux mois plus tard, la maman de Mariama Thiandoum est décédée. Elle n’avait personne pour la soutenir financièrement. Elle ne pouvait plus garder l’enfant. Elle ne l’a pas jeté, non plus. Parce que c’est son sang», fait remarquer l’avocat.
Le président, après avoir écouté toutes les parties, a mis l’affaire en délibéré jusqu’au 9 septembre prochain.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.