Le « Yes, we can » en langue des signes pour Obama

0
Jean-Claude Ha Minh Tay, professeur du lycée Rostand, a photographié ses élèves exprimant le discours d'Obama en langue des signes. Ils doivent remettre une plaquette de ces photos au président des États-Unis, aujourd'hui.

Ce midi à la préfecture, des lycéens de Jean-Rostand remettent un album photo au président des États-Unis.

L’initiative

Professeur de sport au lycée Jean-Rostand, Jean-Claude Ha Minh Tay est un fondu de photographie. Régulièrement, il travaille sur un projet photo impliquant les élèves. L’an passé, il avait opté pour le thème de la transmission, vu à travers le langage des signes.

À l’origine de cette initiative, un certain Barack Obama. Où plutôt le discours que celui qui n’était alors que candidat démocrate prononça en janvier 2008. Celui du fameux « Yes, we can ». « Un discours émouvant et politiquement fort, à la fin duquel on aperçoit très furtivement une fille qui traduit les propos d’Obama en langage des signes. Ce fut le déclic », raconte Jean-Claude Ha Minh Tay.

Un idéal commun

Le professeur a alors l’idée de fixer sur la pellicule les phrases clés du discours en langage des signes. Quatorze élèves du lycée seront ses modèles, dont trois élèves malentendants qui ont appris à leurs camarades les bases de la langue des signes, pour pouvoir exprimer « Yes, we can », ou « oui, nous pouvons créer les opportunités et la prospérité. » « Pour une fois, on a inversé les rôles, souligne l’enseignant. C’était les malentendants qui étaient sur le devant de la scène. C’était eux qui étaient invités à transmettre aux autres les émotions, les idées. »

Résultat : ce qui devait être une expo photo réservée au centre de documentation du lycée a pris de l’ampleur. Une plaquette de ces photos a vu le jour, et la Région, profitant de la venue du président américain, a décidé de mettre cette jolie initiative en valeur. Depuis ce matin, 41 portraits d’élèves s’exprimant en langue des signes sont exposés en grand format dans les allées du cloître de l’Abbaye aux Dames. Et une délégation de lycéens doit remettre la plaquette de l’exposition au président Obama lui-même, ce matin, en préfecture.

Pour que l’expo soit fin prête au D-Day, Jean-Claude Ha Minh Tay a dû mettre le turbo. Passer ses photos du format A 4 au format 60X80, afficher les photos, préparer une édition bilingue de la plaquette… « Avec tout ça, je n’ai pas encore eu le temps de m’acheter une chemise pour rencontrer Mister President, s’amuse-t-il. Aujourd’hui, si le protocole le permet, j’aimerais le remercier pour l’émotion si intense que m’a procurée son discours, et l’idéal commun qui nous unit même si 8 000 km nous séparent ».

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.