Le Musée de la civilisation facilite la vie aux personnes sourdes

0

Traduction de l’exposition Territoires en langue des signes

Le Musée de la civilisation devient le premier établissement de muséologie en province à traduire les textes d’une exposition dans la langue des signes québécoise (LSQ). Grâce à un petit appareil portable appelé vidéoguide, les personnes atteintes de surdité peuvent apprécier la permanente Territoires.

L’initiative représente un investissement d’environ 12 000$, sans compter les nombreuses heures nécessaires au développement du projet. De cette façon, les visiteurs sourds peuvent se passer des services d’un interprète et des coûts rattachés à ce service.

«Avant, les personnes sourdes avaient de la difficulté à lire et à écrire le français, explique le président de la Fondation des Sourds du Québec, Daniel Forgues. On parle de 80 à 85% des gens. L’idée de la vidéo est de leur permettre de comprendre.»

Cette même fondation a traduit les textes, en plus de tourner la vidéo. Le ministère de la Culture et des Communications a rendu le tout possible.

«Nous sommes venus ici plusieurs fois pour voir si le texte manuscrit était bien traduit dans ce qui avait été conçu pour les personnes sourdes, précise M. Forgues. Cinq personnes ont passé un prétest.»

S’il s’agit d’une forme de projet-pilote, la directrice générale du Musée de la civilisation aimerait offrir le service aux autres expositions. «Nous ouvrons la voie et voulons même partager notre expérience avec d’autres institutions muséales», mentionne Claire Simard. En effet, quelques établissements du Saguenay–Lac-St-Jean, de l’Estrie et de Chaudière-Appalaches envisagent d’emboîter le pas.

D’autres initiatives du genre pourraient voir le jour dans la capitale. Déjà la formation du personnel, la gratuité pour les groupes aux besoins particuliers et les mesures pour faciliter l’accès aux personnes à mobilité réduite font partie de la liste des actions mises de l’avant.

«Il reste encore beaucoup de gestes à poser pour que nos lieux, nos productions et nos services répondent mieux aux besoins des personnes handicapées, dans un souci de partage d’équité», affirme Mme Simard.

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.