La main des sourds

« Silence, on tourne »

GRADIGNAN, INJS. Des collégiens malentendants et des cinéastes tournent une fiction de cinéma

Le tournage du film dans la bibliothèque. Certains des comédiens jouent avec les mains.
Le tournage du film dans la bibliothèque. Certains des comédiens jouent avec les mains.

Silence, on tourne. L’expression familière des plateaux de cinéma prend un sens très particulier ces jours-ci à l’institut des jeunes sourds de Gradignan. Depuis le début de la semaine, une équipe de cinéastes réunis par l’association Défi ciné, des enseignants et des élèves de la classe d’intégration du collège de Monjous sont en tournage. « C’est la première fois sans doute qu’on réalise un film en mêlant constamment la langue parlée et la langue des signes », souligne Christine Jamet, la présidente de Défi Ciné.

Langue des signes

« J’avais vu des jeunes s’exprimer en langage des signes. J’ai pensé que cette gestuelle pouvait apporter quelque chose au cinéma. J’ai proposé un court-métrage pour le festival Voimavoi », explique-t-elle.

L’INJS a vu là l’occasion d’élaborer un projet pédagogique riche. L’établissement pratique assidûment le théâtre (d’où le festival). Pourquoi pas le cinéma ? Ronan Goulard, prof esseur et comédien pour l’occasion, explique : « les élèves ont écrit une fiction avec leur professeur de français. Comme c’est sur un fond historique, ils ont fait des recherches en histoire, et sur des musiques médiévales ». Quatre mois de travail, à raison de trois heures par semaine. Un élève a proposé des effets spéciaux.

Imaginer les dialogues

Restait à en faire un scénario. Défi Ciné est rompu à ce genre d’exercice. Mais la combinaison de la langue orale et de la langue des signes a posé des problèmes d’écriture inédits. « Tout n’est pas adaptable. Il faut imaginer autrement les dialogues », explique un des cinéastes.

Depuis le début de la semaine, le réalisateur Nicolas Berry et son équipe, et ces comédiens dont certains jouent avec les mains, ont appris à échanger efficacement.

Le tournage de « Un secret bien gardé » (titre du film) s’est déplacé aussi à Cayac.

Reste encore à boucler la production : l’INJS, Aquitaine image cinéma, et le Mégarama de Bordeaux, ont permis de financer le tournage, mais Défi-ciné cherche encore des partenaires pour la suite.

Source : http://www.sudouest.com © 10 Avril 2009 à Bordeaux

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.