Un groupe de jeunes sourds est parti pour le Maroc – Saint-Sébastien-sur-Loire

4

Mickael, Damien, Swen et Imane sont inscrits dans l’établissement spécialisé de la Persagottière à Vertou mais bénéficient du programme de classe transplantée au collège René Bernier. Pour ces ados, cette intégration en milieu scolaire ordinaire leur permet de côtoyer des entendants de leur âge.

Samedi matin, ils sont partis en 4X4, direction Agadir au Maroc. Ils font partie du projet humanitaire Hai (Hôpital assistance international) qui convoie jusqu’au Mali du matériel médical, scolaire et pédagogique à bords de 9 semi-remorques. Les collégiens s’arrêteront donc à Agadir, retrouver leurs copains d’une école de sourds. Dans leurs bagages, un demi semi-remorque qui contient pas mal de choses : des vêtements fournis par le Secours populaire nantais, des livres donnés par la bibliothèque universitaire de Nantes et Acoor. L’association Gaza-Jérusalem des Pays de Loire leur a également donné un coup de main.

Jeunes sourds français et marocains se sont rencontrés il y a deux ans lorsque l’atelier théâtre de la Persagottière a participé à un festival à Agadir. L’année suivante, ce sont les marocains qui sont venus en France pour un festival de théâtre à Onyx. « Des liens se sont créés entre jeunes et professeurs », explique Gaël Jannée, enseignant spécialisé responsable du petit groupe. « J’avais envie de continuer l’aventure, mais sous une autre forme ».

Et voilà nos collégiens partis pour un raid. Ils vont traverser la France, l’Espagne, prendre le bateau à Tanger, faire étape à Marrakech avant de poser leurs valises pour trois jours à Agadir. Un voyage soigneusement préparé en classe et qui les enchante. Comme Damien, dont c’est le séjour voyage à l’étranger, et qui est pressé de retrouver les jeunes marocains. Grâce à internet, les élèves n’ont pas cessé depuis un an de correspondre. « En plus, je n’ai jamais pris le bateau », précise Damien.

En toile de fond, il y a aussi l’envie de venir en aide à leurs camarades car l’école d’Agadir n’a rien à voir avec la Persagottière. Plus petite et peu équipée notamment en ordinateurs, son nom peut choquer : association de sauvegarde et de protection des sourds d’Agadir. « On se moque des sourds au Maroc », explique Imane, née pourtant là-bas et qui retourne dans sa famille régulièrement. « En France, il est plus facile d’être sourd. L’intégration se passe bien ».

Source : http://www.ouest-france.fr © 23 Mars 2009 à Nantes

4 COMMENTS

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.