Invité de la rédaction sur la radio VIVRE FM

0

Interview de Gaffe à Toi… !

Vincent Lochman : Emma Gatti, bonjour

Emma Gatti : Bonjour

VL : on va parler du Sidaction et d’une action que vous avez engagée en particulier auprès du public Sourd. Ce n’est pas la première fois qu’on parle de sensibiliser le public sourd sur les questions de séropositivité… vous avez le sentiment que c’est un public qui est à l’écart des campagnes de sensibilisation aujourd’hui ?

EG : C’est un public qui est particulièrement sous-informé puisque n’entendant pas les campagnes de prévention qui sont audibles, forcément, il y a quelque chose qui ne passe pas au niveau du message ; Il se trouve qu’on informe de moins en moins aussi tous les adolescents et les adolescents Sourds le sont encore moins que les autres.

VL : Alors, vous avez réalisé un clip de sensibilisation , entièrement tourné en Langue des Signes , sous-titré pour ceux qui ne comprennent pas la Langue des Signes… expliquez-nous un petit peu d’où est venue cette idée là de réaliser ce clip en Langue des Signes

EG : et bien en fait, je suis la mère de 2 adolescents et ma fille avait 17 ans, et j’ai écrit un texte qui s’appelle « Gaffe à Toi… ! », un texte pour la prévenir au moment où elle commençait à avoir l’âge d’être amoureuse et d’avoir des relations sexuelles, pour la prévenir du VIH qui court toujours, qui court encore, et du SIDA.. et donc j’ai écrit ce texte, qui a ensuite été mis en musique avec un ami, Eric Groué, puis très vite cette idée du clip vidéo pour en faire un message à tous les adolescents est venue rapidement, et travaillant auprès de Sourds puisque je suis éducatrice spécialisée auprès d’adolescents Sourds, je l’ai réalisé donc en Langue des Signes, pour que le message soit audible et visible par tous .

VL : alors, comment ça s’est passé parce qu’on retrouve aussi impliqués dans ce projet « Les Fatals Picards », un groupe assez original

EG : oui, alors ça, c’est par rapport à la chanson, une fois que « Gaffe à Toi… ! » a été mis en musique, c’est effectivement Yves Giraud qui est le bassiste des « Fatals Picards » qui a travaillé sur des arrangements et on a enregistré en studio la chanson … ensuite je suis allée à la recherche , à la pêche de professionnels pour réaliser ce clip parce que je suis complètement amateur , c’était une grande première pour moi et j’ai eu la chance de pouvoir convaincre autour de ce combat contre le SIDA toute une équipe de professionnels qui m’a bien aidée et bien assistée dans la réalisation.

VL : il y a beaucoup d’informations dans ce clip, y compris des chiffres sur le taux de contamination.. vous dites 6000 personnes sont contaminées par le SIDA chaque année en France et 10% sont des adolescents , c’est énorme

EG : oui tout à fait , c’est les chiffres de l’INVS, l’Institut National de Veille Sanitaire : en France donc, l’an dernier , en 2008, 600 adolescents ont été contaminés. La tranche des adolescents, c’est 15-24 ans pour l’INVS et l’ONUSIDA

VL : on a des informations , comment est-ce que le message circule dans la communauté Sourde ?

EG : l’Association AIDeS a un Groupe Sourds avec des volontaires Sourds qui font un gros travail dans les écoles, dans les instituts… qui ont des permanences, qui reçoivent des adultes et des adolescents Sourds touchés de près ou de loin par le VIH/SIDA… c’est dans les locaux de AIDeS et ce groupe existe depuis 20 ans maintenant et il a été fondé par Bruno Moncelle qui joue le rôle du père dans le clip, qui est lui un comédien Sourd, et qui s’est toujours battu contre le VIH/SIDA, et qui a toujours fait des campagnes de prévention auprès d’Act-Up et d’autres grosses associations également.

VL : Bruno Moncelle qu’on a vu avec l’International Visual Theater, le théâtre en Langue des Signes de .. de ..

EG : de Paris (rires)

VL : de Paris, qui avait été fondé par … j’ai oublié son nom

EG : par Emmanuelle Laborit qui avait reçu un Molière également il y a une dizaine d’années pour une pièce qu’elle a joué et c’était une grande reconnaissance aussi que de reconnaître la qualité des comédiens Sourds dans le monde du spectacle

VL : alors, on a ce clip pour ce public Sourd mais est-ce qu’on arrive à toucher tout le monde parce qu’on a l’impression qu’il y a toujours une partie des gens qui sont mobilisés , qui sont convaincus et toujours une partie du public qu’on a du mal à joindre parce que l’info, ils ont le sentiment que ça ne les concerne pas … comment on fait pour atteindre qui sont loin des lieux de sensibilisation ?

EG : vous parlez de quel public ?

VL : je ne sais mais même dans le public Sourd, il a encore des gens qui échappent aux sensibilisations

EG : et bien , il faut aller vers eux justement et moi je dis toujours : ce clip n’est qu’un prétexte, je suis très contente d’avoir réalisé ce travail mais ce n’est vraiment qu’un outil et qu’un prétexte pour aller au-devant de ces populations qui ne sont pas suffisamment informées, même si elles le sont quand même, mais pas suffisamment… J’ai commencé des campagnes d’information autour de ce clip, c’est-à-dire que je présente ce clip notamment dans le lycée où je travaille, un Lycée Professionnel qui accueille des adolescents Sourds et j’ai fait des mini-séances d’information SIDA, en fait une ouverture à l’information, des petites séances par classe et on se rend compte que les jeunes sont très très loin d’être bien informés en matière de protection, les préservatifs etc enfin tout ce qui existe autour de ce thème là… ils ont énormément de questions. Il se trouve qu’avec les trithérapies effectivement, on informe de moins en moins les jeunes, les messages passent de moins en moins et il faut aller au-devant, il faut aller dans les collèges, il faut aller dans les lycées, il faut aller sur les lieux où sont les jeunes et continuer à faire ce type d’information.

VL : alors le clip , c’est d’abord une chanson, ça s’appelle « Gaffe à Toi… ! » et c’est ce qu’on va écouter tout de suite

(Pause musicale : diffusion de la chanson )

VL : On est avec Emma Gatti pour ce clip, ça s’appelle « Gaffe à Toi… ! ». On peut le voir , le plus simple, c’est sur internet, si vous tapez Gaffe a toi sur Dailymotion ou Youtube, vous allez le trouver et vous pouvez le voir en Langue des Signes. Ne vous inquiétez pas, au début, il n’y a pas de son, c’est normal puisqu’on est entièrement en Langue des Signes, puis après la musique démarre, et c’est sous-titré dans combien de langues Emma Gatti ?

EG : alors là, il y a 4 personnes qui m’ont proposé des sous-titrages… enfin je suis allée aussi à la pêche aux traducteurs parce que je n’ai travaillé qu’avec des bénévoles, ça il faut le savoir aussi : tous les gens étaient bénévoles sur ce projet, donc les 4 personnes que j’ai rencontré ont pu le traduire respectivement en anglais, en allemand, en italien et en espagnol. Et actuellement je suis toujours à la recherche de traducteurs parce que le fait qu’il soit traduit dans des langues étrangères, et bien il est d’autant plus vu par les associations de Sourds étrangers… ce qu’il faut savoir c’est que les Sourds sont une communauté à part entière et ils sont Sourds avant d’être français, italiens ou belges…

VL : mais la Langue des Signes , elle est quand même française. Ce n’est pas parce qu’on a pas de langue orale qu’on a pas une culture nationale quand même

EG : voilà, tout-à-fait, la Langue des Signes est française. Les Sourds parlent dans leur langue du pays, donc il y a des Langues des Signes pour chaque pays. Il existe également une Langue des Signes Internationale… le clip a été réalisé en Langue des Signes Française parce que c’est celle que je connais depuis 25 ans auprès des enfants Sourds.

VL : alors, il y en a un qui parle plusieurs langues mais qui sans doute ne sera pas tout-à-fait d’accord pour sous-titrer votre clip, c’est Benoît XVI qui a pris des positions sur le préservatif ces jours-ci… comment vous réagissez par rapport à ça ?

EG : Oui, et bien ce qui est sûr, c’est que je vais pas lui demander de la traduire en latin… moi, je suis révoltée , comme toutes les associations qui luttent contre le VIH/SIDA, qui prônent le préservatif comme SEUL moyen actuel de se protéger contre cette maladie . Il n’existe qu’une maladie dont on puisse se protéger, c’est le VIH, c’est le SIDA, et la seule façon de s’en protéger, c’est le préservatif. Alors, prôner la chasteté, la fidélité, dans des valeurs catholiques, chrétiennes, etc. , on peut le comprendre, de là à dire que le préservatif est dangereux et qu’il est encore plus dangereux de distribuer des préservatifs que de ne rien faire, je trouve ça carrément criminel.

VL : vous avez le sentiment que c’est quelque chose qui revient ces notions-là, parce qu’il n’y a pas que lui, il est pas tout seul dans son coin : Christine Bouttin dit : « c’est pas marrant de faire l’amour avec un préservatif »

EG : et bien je ne sais, c’est peut-être des gens qui n’ont pas conscience de la gravité de la situation. Il a des choses que je ne comprends pas. Il y a des discours que je ne comprends pas : depuis que le SIDA existe, il continue à sévir, il continue à tuer, le VIH continue à contaminer, et je ne comprends pas ce type de discours par des des gens qui ont quand même le Pouvoir d’une parole : ils touchent des milliers et des millions de gens. Quand le Pape parle, c’est des millions de personnes qui l’écoutent et qui vont se rallier à son discours, et c’est très très grave.

VL : en fait, le danger sur cette contamination du SIDA, c’est plutôt l’inverse, c’est-à-dire, qu’aujourd’hui, les jeunes pensent, qu’avec les trithérapies finalement, on guérit du SIDA et qu’on est pas obligés d’utiliser le préservatif. C’est un peu ça le danger qui guette aujourd’hui, non ?

EG : bien sûr, et c’est aussi pour ça qu’ils sont moins informés parce que maintenant avec les trithérapies, on peut vivre des dizaines d’années…

VL : c’est ce que vous disent les jeunes quand vous faîtes les opérations de sensibilisation sur le terrain que vous faîtes régulièrement

EG : alors ils ne sont même pas informés des trithérapies. Ils n’entendent plus parler globalement du VIH/SIDA : il y a vraiment une sous-information actuellement et quand je leur parle des trithérapies, beaucoup, beaucoup sont encore dans la sous-information même par rapport à ça..

VL : on a quand même l’impression que, aujourd’hui le préservatif est très répandu : on en trouve dans tous les supermarchés, c’est quand même très facile de se procurer des préservatifs, on a le sentiment que les jeunes en 2009, ils ont quand même ce réflexe-là, non ?

EG : ah non, ils n’ont pas le réflexe : ils ne se sentent PLUS concernés par le VIH/SIDA, comme ils ont pu se sentir concernés à l’apparition du SIDA, et encore, avant les trithérapies. Ils ne se sentent plus concernés par cette maladie et c’est ça qui est grave. Dans mon discours, dans mon message, je leur dis : on ne guérit pas du SIDA, le VIH ne se voit pas, faîtes attention, faîtes des dépistages… je parle des centres de dépistage où, si vous avez le moindre doute, allez dans un centre de dépistage.. Enfin, il y a plein, plein, plein d’informations qui leur manquent vraiment, vraiment

VL : et puis , c’est aussi , ce clip, d’abord une très belle réalisation, tourné chez vous, dans l’Institut Baguer là où vous travaillez. ..on découvre une magnifique architecture à l’occasion… et puis on découvre aussi la Langue des Signes : on peut tout expliquer en Langue des Signes , pour ceux qui pourraient en douter

EG : voilà, c’est aussi l’autre intérêt du clip : c’est de montrer que, effectivement, les Sourds ont une Langue qui existe et qui peut être traduite, qui peut traduire complètement un message oral.

VL : Emma Gatti, il y a ce clip, il y a aussi un DVD : vous avez sorti un DVD, ça sert à quoi d’avoir un DVD quand le clip est partout en ligne sur internet ?

EG : et bien, en fait, on avait répondu à un appel à projet du Ministère de la Santé, de la DDASS, le 1er décembre puisque le clip est sorti pour la Journée Mondiale de Lutte contre le SIDA le 1er décembre dernier et on a eu une subvention qui nous a permis de dupliquer ce DVD et de l’envoyer à toutes les associations de Sourds et de prévention contre le SIDA. Si certaines ne l’ont pas reçu, qu’elles fassent appel à moi par mail à : emma.gatti@neuf.fr et je leur enverrai bien volontiers le DVD. L’intérêt, c’est d’avoir un objet qui puisse servir justement dans ces séances de prévention SIDA.

VL : c’est une base pour débattre, pour discuter ?

EG : voilà, c’est un outil dont on peut se servir, parmi tous les outils qui existent, c’en est un.

VL : on va rappeler le numéro de téléphone pour le Sidaction

EG : le 110

VL : et ça, le 110, c’est donc à partir d’aujourd’hui jusqu’à dimanche que le Sidaction est ouvert, on pourra appeler par la suite et puis, il y a un site internet : Sidaction point (…)

EG : Sidaction.com… enfin taper Sidaction… .org peut-être

VL : (rires) alors on va taper Sidaction sur un moteur de recherche et on va le trouver ! On rappelle le titre du clip : ça s’appelle « Gaffe à Toi… ! », vous le trouvez sur Dailymotion et puis il va être en ligne très très vite sur le site internet de Vivre fm . Vous allez dans la rubrique « Coups de cœur ». Merci beaucoup Emma Gatti d’être venue nous parler de ce clip.

EG : Merci à vous.

Source : http://www.vivrefm.com/ et http://gaffe-a-toi.over-blog.com/ © 20 Mars 2009 à France

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.