La main des sourds

Livre : Signes et institution des sourds (XVIII-xixe s.)

Éditeur : Champ Vallon

Sortie : 01 novembre 1998

Résume : Les sourds, au XVIIIème siècle, menaient une vie semblable à celle des entendants-parlants de leur condition : petits métiers, à Paris, soins aux animaux et travaux des champs, en province. La langue des signes qu’ils utilisaient ne semblait pas un obstacle insurmontable. Les érudits et les savants des Lumières, voulant sortir les “muets” des “ténèbres” et les faire bénéficier des bienfaits de la civilisation, favorisèrent l’institution des sourds. Cependant, au lieu des signes des sourds eux-mêmes, les “instituteurs” préfèrent recourir aux signes manuels ou aux “signes” méthodiques de l’abbé de l’Epée. Comment ces signes furent-ils accueillis par les sourds, et avec quelle fortune ? Pour quelles raisons les entendants parlants imposèrent-ils au cours du XIXème siècle l’apprentissage de la langue française parlée comme unique critère du bien-être et de l’utilité sociale des “sourds-muets” ? Pourquoi, au congrès de Milan, en 1880, les pouvoirs publics et les chefs d’établissement adoptèrent-ils la méthode “orale pure”, au moment même où les sourds faisaient la preuve, avec leurs signes, de leur dynamisme social en créant mutuelles, journaux et associations sportives ? Pourquoi cet “ensilencement” ?

Pages : 202

Auteur : Jean-Rene Presneau

A partit de :

Critiques :


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.