La main des sourds

Des moyens, mais pas pour tout le monde

Les enfants sourds de l’école de Ramonville pourront continuer à suivre leurs cours. Menacée de fermeture, l’association Iris, qui leur enseigne le programme de l’Education nationale, vient de trouver une solution avec l’Etat. Le rectorat s’est en effet engagé à prendre en charge les frais d’interprétariat et les cours de langue des signes.

Un déblocage de moyens dont aimeraient bénéficier les auxiliaires de vie scolaire et les enseignants des unités pédagogiques d’intégration (UPI), classes spécialisées accueillant de jeunes handicapés mentaux dans les collèges et lycées. Il y a encore deux ans, les élèves des seize UPI de Haute-Garonne bénéficiaient de 30 heures de cours par semaine. « L’an prochain, ils n’en auront plus que 21, ce qui ne leur laissera pas le temps de faire du sport, par exemple, qui permet l’intégration au sein du collège », déplore un des enseignants reçus hier au rectorat, aux côtés d’auxiliaires de vie scolaire dont les contrats ne seront pas pérennisés.

Source : http://www.20minutes.fr © 05 Mars 2009 à Toulouse

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.