La main des sourds

Signes pour tous

Apprendre la langue des signes pour mieux communiquer avec les malentendants. Découvrir une autre façon de penser, de visualiser, de vivre son corps. Apprendre la langue des signes et communiquer autrement.

Apprendre à signer, c’est un enrichissement personnel extraordinaire.

Signer ? C’est s’exprimer autrement. «On plante le décor, comme au théâtre. On décrit le lieu, le moment, la personne et mime ce qu’elle fait.» Les mains signent. Avec les bras, les gestes se font amples et tout le corps bouge tandis que le visage vit l’expression. Corine, Bénédicte, Myriam, Fabien, Thu Tram… participent aux cours financés par Prévadiès à Espace-Rencontre, l’association installée aux Prés-Saint-Pierre à Thionville qui permet à certains parents divorcés de rencontrer leur enfant dans un endroit neutre, sans risque de querelles ou dissensions. Pour les psychologues des lieux, tout comme ceux de l’association La Marelle qui officie sur Metz, apprendre la langue des signes relevait du bon sens, d’un enrichissement personnel leur permettant de communiquer avec d’éventuels enfants malentendants.

On pense en images

«Nous sommes en liaison avec des familles malentendantes, explique Thu Tram qui intervient également à la Maison d’arrêt de Metz. A la prison aussi, je sais que ces cours me seront de grande utilité.» Mais le plus surprenant, c’est cette rencontre avec les signes impliquant une rencontre avec eux-mêmes… leur corps. «Pendant tout un après-midi, on est en immersion totale.» Murielle, 41 ans, et Jean-Loup, 31 ans, interviennent une fois par semaine, chaque jeudi après-midi. Murielle, la langue des signes, elle la pratique depuis l’enfance. Une langue maternelle qu’elle exprime au second degré et pratique avec jeux de mots… ou jeux de signes, plutôt ! Cet après-midi-là, si personne ne parle, tout le monde communique… et abondamment ! «On ne pense plus en mots, mais en images et ça change tout. Au fil des séances, on a appris à faire parler tout notre corps ; expression, gestuelle, posture. Tout entre en ligne de compte. Tout devient important.» Ida est heureuse de venir remettre ses connaissances à jour. Son fils de 28 ans est sourd et signe parfaitement. Elle ressentait le besoin d’apprendre encore plus. L’équipe d’Espace rencontre et de La Marelle a commencé par le commencement et, au final en a appris tellement plus… «Ça nous apporte beaucoup avec les enfants. Comme certains ne peuvent pas verbaliser, on peut les aider à exprimer leurs émotions par les signes, ou avec leur visage. Avec les tout-petits, qui ne parlent pas encore, c’est très efficace. » Les enfants dyslexiques apprennent aussi la langue des signes. «Ça leur permet de mieux structurer leurs pensées, mieux se repérer, se placer.» Autre signe… de l’importance de cette langue et de la nécessité de la démocratiser.

Source : http://www.republicain-lorrain.fr © 07 Décembre 2008 à Metz

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.