La main des sourds

La langue des signes a son site

La Commission Consultative de la Langue des Signes (CCLS) du Ministère de la Communauté Française a mis en ligne son premier site internet.

Le dire avec les mains ! Un site qui pourra très certainement intéresser bon nombre de personnes sourdes, un public par définition fragilisé.

Sous la forme de textes écrits ou de vidéos tournées en langue des signes, la Commission y présente ses différentes actions et missions en tant qu’organe consultatif pour le Gouvernement de la Communauté française. La langue des signes est définie comme une véritable langue, avec un lexique et une grammaire. Elle est la communication spontanée des personnes sourdes. À travers le monde, chaque langue des signes est porteuse de la culture propre aux personnes qui l’utilisent. Chez nous, en Belgique francophone, la langue des signes a été reconnue comme langue officielle et effective par le décret du 22 octobre 2003. Suite à cela, la Commission consultative de la langue des signes, chargée de décliner cette reconnaissance dans le quotidien des personnes sourdes, a été mise en place en juin 2004. La Commission a pour mission de remettre au Gouvernement, soit d’initiative, soit à sa demande, des avis et propositions sur toute problématique concernant l’utilisation de la langue des signes. La déficience auditive ne se limite pas aux seniors, elle touche aussi un pourcentage non négligeable de jeunes et de bébés à la naissance. À l’initiative de la Ministre de la Petite enfance, Catherine Fonck, la Communauté Française a lancé en novembre 2006 un programme de dépistage de la surdité dans les maternités. On le sait, la langue des signes est primordiale pour les enfants sourds dès la petite enfance. En effet, les enfants sourds grandissant sans la langue des signes ont le sentiment de n’appartenir à aucun système de communication. Et s’ils rencontrent la langue des signes plus tard dans leur parcours, ils doivent faire face à d’énormes problèmes d’adaptation. L’introduction de la langue des signes est dès lors préconisée dès le plus jeune âge. Sont concernés également: les parents, les familles, les professionnels amenés à interagir avec l’enfant et toute personne qui souhaite entrer en communication avec un enfant ou un adulte porteur d’une surdité importante. Les déficiences auditives ont des conséquences sur l’acquisition du langage de l’enfant et affectent son développement intellectuel, professionnel et socio-affectif. Les restrictions d’accès à l’emploi et de participation aux loisirs ainsi qu’un isolement relationnel constituent les principales difficultés associées à ces déficiences. Chaque rubrique fait, bien sûr, l’objet d’une traduction gestuelle.

http://www.langue-des-signes.cfwb.be

Source http://www.rtbf.be © 20 Mai 2008 à Belgique

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.