A la une

Blagnac. L’Élan gymnique s’adapte aux sourds et malentendants

Loisirs. Sept enfants ont intégré le cours de baby gym dispensé par l’association. Aucune distinction n’est faite lors de la séance.

Pas une école du mime, pas plus qu’une vilaine extinction de voix due à quelque pharyngite aiguë. Édith, malentendante et bénévole à l’Élan gymnique de Blagnac, accueille un papa, qui amène une petite tête blonde au cours de baby gym, ce samedi matin, avec forces gesticulations des mains et autres mimiques mystérieuses. « Je lui indiquais qu’il manquait dans le dossier un certificat médical autorisant la pratique de cette activité », traduit-elle. Dans la cité de l’aéronautique aux multiples cultures du monde, un autre mode d’expression se fait jour au club de gym : le langage des signes.

Acceptation de la différence

« L’idée nous est venue grâce à Émilie, la sœur de Thomas Rigaud, l’un de nos athlètes les plus médaillés », explique Corinne Cheny, la présidente de l’EGB. « Nous en avons parlé en bureau, ajoute Viviane Poncy, autre dirigeante. Après la poursuite de la réflexion, nous nous sommes organisés. » D’autant plus qu’Édith a été emballée par l’idée. À la croisée de ces deux mondes depuis toujours, elle s’est investie dans ce projet.

Au printemps dernier, une première lettre présentant la possibilité d’accueil est adressée dans les réseaux et associations de sourds et malentendants. Parallèlement, Émilie et Édith se penchent sur la pratique du langage des signes, afin de former les encadrants de l’EGB. « Comme pour une langue étrangère, confie Anaïs, on a appris les mots usuels d’accueil, de salutation et d’expression minimale. »

Depuis le début du mois de septembre, sept enfants, nés en 2004 et 2005, ont pris le chemin du Moulin de Naudin. Sans aucune distinction lors des séances sous la houlette d’Antoine, éducateur sportif. Tout au plus, Édith se mêle au groupe et relais les consignes.

Pour ces enfants, scolarisés dans des écoles spécialisées, c’est la poursuite d’une ouverture au monde et à toutes les activités possibles. « Pour les autres gymnastes, c’est l’acceptation de la différence qui devient naturelle, savoure Édith. Plutôt que des communautés qui s’ignorent, c’est l’assurance d’une meilleure compréhension des spécificités. » Un bel exemple d’ouverture de la part de ce club, toujours en avance.

Edith Balducci
« Ma mère a eu la rubéole durant sa grossesse, confie Edith Balducci, je suis donc malentendante de naissance. » Un constat établi lorsqu’elle était à l’école avenue de Muret à Toulouse puis à Cugnaux, et la raison de son entrée à l’école spécialisée de Brax, puis au Parc Saint-Agne, avant son départ pour Limoges. « J’y ai effectué des études de prothésiste dentaire, poursuit-elle, avant de devenir éducatrice spécialisée pour enfants malentendants et sourds. » Son enfance à elle est remplie de souvenirs particuliers : «J’en ai fait des heures d’orthophonie, qui m’ont laissé peu de temps libre. »

Son fils étant passionné de gymnastique, elle est devenue membre du bureau de l’EGB en 2003. Au quotidien, elle est équipée d’un téléphone fixe muni d’accessoires (lumière flash et amplificateur), et elle utilise son portable en mode vibreur et SMS. Le dynamisme d’Edith, lui, reste intact… Elle le démontre tous les samedis matin par son intervention pour accueillir les jeunes malentendants aux cours de baby gym.

Source
http://www.ladepeche.fr © 31 Octobre 2008 à Haute-Garonne
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.