A la une

De Saorge à Sospel : «Henri», un spectacle drôle et émouvant pour sourds ou pas

« Henri, écrivain public » a été présenté dans le cadre des Journées «Souroupa», organisées par l’association «Signes», le week-end dernier à Sospel pour un public familial, puis à Tende pour les élèves de différents établissements de la Roya et de Sospel.

Les acteurs de ce spectacle bilingue.
Les acteurs de ce spectacle bilingue.

Ce spectacle, création originale bilingue (langue des signes française et français oral) est le fruit de deux résidences successives : une résidence d’auteur et une résidence d’artistes à Saorge.

Dans un premier temps, Simon Houriez, jeune auteur lillois, s’est installé au village pour y puiser l’inspiration et écrire un texte qui commence ainsi : « Je m’appelle Henri… tout simplement Henri. J’habite ici depuis toujours, dans ce village, entre ces pierres, le long de ces petites ruelles, vous pouvez me croiser, enfin vous le pouviez. Je suis de ces hommes qui n’existent pas pour eux-mêmes : mes actes, mes paroles, mais surtout mes écrits, tout cela vous appartient… je suis écrivain public !….. ».

Un spectacle vivant

Puis, deux comédiens ont rejoint Simon : Mathilde Chabbey, de Paris et Olivier Debos de la compagnie de l’Arpette (Breil-sur-Roya). Mathilde est sourde et Olivier entendant. Il n’avait, au début de la résidence, aucune connaissance de la langue des signes et de l’univers de la surdité. La communication entre eux a été facilitée par la médiation de Simon et ponctuellement de Romaine Halluin (nouvelle arrivée à Saorge qui maîtrise la langue des signes).

Ils ont travaillé en improvisation et sur le texte en utilisant chacun sa langue, le mime et toute sorte de moyens visuels. Le résultat : Simon a joué le rôle d’Henri, tantôt parlant, tantôt « signant » (s’exprimant en langue des signes), tandis que Mathilde et Olivier ont donné vie à plusieurs personnages ayant cotoyé Henri… Un spectacle d’une grande qualité, tantôt drôle, tantôt émouvant, qui n’a laissé personne indifférent !

A Sospel, les spectateurs, sourds ou pas, venus en famille ou entre amis, du haut pays ou de la côte, ont manifesté leur satisfaction de partager le même plaisir….

A Tende, un seul regret : l’absence de collégiens sourds dont les établissements n’ont pas pu résoudre des problèmes de transport… Mais le public jeune s’est montré impliqué dans l’histoire au point d’intervenir pour faire des propositions aux comédiens, rendant ainsi le spectacle encore plus vivant.

Source : http://www.nicematin.com © 21 Octobre à Nice (France)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.