La Caf peut parler la langue des signes

Anita Burson assure une permanence un mardi par mois, à l’intention des personnes sourdes. Une initiative assez peu répandue. Quoique.

Un mardi par mois, généralement le deuxième, Anita Burson se rend au siège de la Caisse d’allocations familiales de l’Orne (Caf), rue du 14e-Hussard. Traductrice en langue des signes, elle travaille à la fois au Centre d’éducation spécialisée pour déficients auditifs (Cesda) et à la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Cela fait maintenant cinq ans qu’elle assure une permanence à la Caf, véritable trait d’union entre les allocataires et les techniciens conseil.

« J’ai commencé par une permanence tous les quinze jours car il y avait beaucoup de travail pour mettre les dossiers à jours. Maintenant, une fois par mois suffit » explique Anita Burson. C’est un fait que l’on peut avoir de nombreuses raisons de venir à la Caf.

Le plus accessible possible

La caisse, qui gère les dossiers des 45 300 allocataires dans le département, s’occupe de 23 prestations : les aides à la famille, les aides au logement et les minima sociaux comme le RMI ou l’allocation adulte handicapé.

« Notre objectif est d’être le plus accessible possible. Nos locaux sont ouverts aux personnes en fauteuil et nous tenons également, à l’accueil, un répertoire en gros caractères et un autre en braille pour les personnes mal voyantes et les aveugles » observe la directrice de la Caf, Pascale Plessis-Miossec.

Les mardis de permanence, Anita Burson se tient au pré-accueil. Quand une personne sourde se présente, elle lui propose de l’accompagner dans un des box pour rencontrer le technicien conseil. « Ma présence permet parfois de ne pas buter sur un terme qui pourrait être mal compris. Je traduis toujours en langage des signes et en langage oral pour que le technicien entende ce que je traduis » détaille Anita Burson.

Elle intervient également au Centre des impôts, une fois par an, au moment de remplir les déclarations. Et elle est sollicitée de façon ponctuelle par l’ANPE, l’Assedic, le tribunal ou l’hôpital. Initiatrice du partenariat, la Caf a été copiée. Personne ne s’en plaindra.

Pratique. Présence d’une traductrice pour les personnes sourdes, à la Caf, 14 rue du 14e-Hussard. Prochaines permanences le mardi 18 novembre, le mardi 9 décembre et, exceptionnellement avant la période des fêtes, le vendredi 19 décembre. De 14 h à 16 h.

Source : http://www.alencon.maville.com © 15 Octobre 2008 à Alencon (France)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.