A la une

Sophie Vouzelaud (dauphine Miss France 07): “Les sourds ne sont pas des oreilles cassées!”

Interview –  Malentendante à 80%, Sophie Vouzelaud, la première dauphine de Miss France 07, se confie dans un livre intitulé “Miss et Sourde!”.

A l’occasion de son passage, sur LCI, dans l’émission de Valérie Expert, “On en parle”, LCI.fr a voulu en savoir plus sur son combat pour l’amélioration du quotidien des sourds et malentendants.

LCI.fr : Votre livre s’ouvre sur une confidence d’enfance: “J’ai toujours eu peur du noir”. Est-ce encore le cas?

Sophie Vouzelaud, première dauphine de Miss France 07 : “Tout à fait. Je ne peux pas dormir dans le noir. Quand j’étais petite, mes parents devaient laisser la lumière, dans le couloir. Etant donné que je n’entends pas, je me sens isolée et seule, sans lumière. Je me sens vulnérable. Mes yeux sont devenus mes oreilles. Chez mon petit ami, il faut toujours laisser le volet de la chambre entrouvert. J’ai également besoin d’un peu de lumière diffuse, quand je dors chez des amis.

LCI.fr : Quand vous regardez les gens, observez-vous des choses que les entendants ne voient pas?

S. V. : Oui. Ma mère m’a raconté qu’en maternelle, après une sortie au cirque, nous avons dû dessiner ce que nous avions vu. Moi, j’ai représenté notre sortie scolaire avec moult détails que les autres enfants n’avaient pas saisis. J’ai développé une acuité visuelle accrue qui m’aide à communiquer. Je peux voir l’humeur de mon interlocuteur, s’il est gentil ou mal disposé à mon égard. Cela m’aide à établir le contact.

LCI.fr : Ne pas réussir à communiquer, ne pas être compris, est-ce une angoisse pour vous?

S. V. : En effet. Quand je rencontre une personne que je ne comprends pas, parce qu’elle parle trop vite et qu’elle s’avère peu soucieuse de me répéter ses paroles, je peux être amenée à faire semblant de saisir son discours. Pareil si des gens rient autour de moi. Si on ne m’explique pas la cause de leur hilarité, elle peut m’échapper. Cette incompréhension, difficile à vivre, fait partie de mon quotidien.

LCI.fr : Néanmoins, malgré vos peurs, vous avez participé au concours Miss France 2007

S. V. : Je voulais me faire confiance, me prouver que j’étais capable de surmonter les obstacles. Je voulais montrer que, même une sourde, peut participer à ce type d’événement et cela, afin de changer le regard négatif que les gens portent sur les handicapés.

LCI.fr : Comment avez-vous fait pour suivre les chorégraphies, pendant le concours?

S. V. :  Je suis appareillée, donc j’entends un peu les sons. Par contre, cela ne me permet pas de faire la différence entre le brouhaha et la musique. Je perçois également les vibrations. Comme je n’entendais pas la musique, j’ai suivi les pas et les mouvements des autres candidates. Je dois rendre, de même, hommage, ici, à la patience de la chorégraphe du spectacle.

LCI.fr : Vous exprimer oralement est-il aisé pour vous?

S. V. : J’aime parler. En famille, je communique oralement, parce que je vis dans un monde entendant. Avec des sourds, je signe (c’est-à-dire utiliser la langue des signes, NDA). Parler, lors d’émissions télé, par exemple, est plus fatiguant car je dois lire sur les lèvres et que j’ai peur de ne pas être comprise.

LCI.fr : A cet égard, répondre aux questions du jury, lors du concours Miss France 2007, s’est-il avéré une expérience difficile?

S. V. : Très! Mais pas parce que j’avais peur de parler. Moi, je voulais m’exprimer et monter que je suis bilingue entre oralité et signe. Mais on m’a dit, avant l’émission, que je ne parlerais pas dans un micro car ma voix ne passait pas bien. Outre le fait qu’on ne voulait pas que je parle, la personne chargée de traduire mes signes n’était pas qualifiée. Enervée que mon message ne passe pas correctement, j’ai finalement pris le micro, pendant l’émission, pour communiquer sur des choses qui sont importantes à mes yeux. J’étais trop frustrée pour me taire.

LCI.fr : Ce message qui compte tant pour vous, quel est-il?

S. V. : C’est celui de mon combat pour l’amélioration du quotidien des sourds et malentendants, pour le sous-titrage complet des programmes télé, par exemple, en complémentarité avec les médaillons signés pour ceux qui ont des difficultés à lire. Mon combat, c’est également celui de la préservation de la langue des signes qui doit être enseignée par des personnes compétentes et celui de l’égalité de tous dans le monde du travail. Il faut arrêter de considérer les sourds et malentendants, en fonction de leur seul handicap. Nous sommes des êtres humains, pas des oreilles cassées!

Source : http://tf1.lci.fr © 14 Octobre à Paris (France)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.