A la une

L’intégration est en cours

Hier matin, pour la première fois, l’école privée Gabriel-Deshayes, à Auray (56), accueillait des enseignants spécialisés pour des enfants malentendants. Six élèves suivent des cours ensemble et participent aussi à ceux d’autres classes.

Marie Kernen enseigne le Français et, pour certains, les maths
Marie Kernen enseigne le Français et, pour certains, les maths

« C’est toi Elsa ? » Cet élève de classe élémentaire de Gabriel-Deshayes à Auray, penché affectueusement vers une petite malentendante, reçoit un hochement de tête et un sourire timide comme réponses. Le contact est déjà établi. Hier, pour la première fois, cet établissement accueillait des enseignants spécialisés pour pouvoir intégrer six enfants malentendants. Pas seulement dans la cour de récré : grâce aussi à des cours communs avec des élèves d’autres classes. Les six sont alors répartis dans des cours dits d’intégration.
Plusieurs professionnels spécialisés

« Je fais ici mon temps complet », explique Marie Kernen, enseignante spécialisée, originaire de Grenoble, qui vit désormais en Bretagne. Son époux, Marc, est le directeur du centre Gabriel-Deshayes à Auray, spécialisé dans ces handicaps. « C’est-à-dire vingt-deux heures et demie par semaine auprès des enfants. Je ne les ai que pour l’enseignement. Il y a aussi les réunions de préparation. La classe se fait pour eux le mercredi matin également,

car il y a beaucoup de prise en charge par d’autres professionnels spécialisés », venus du centre. Françoise Lamour, éducatrice, s’occupe de la traduction (quatorze heures par semaine, le matin) ; Anne Joffredo, psychologue motricienne, intervient auprès des enfants qui en ont besoin ; une orthophoniste sera bientôt recrutée ; Catherine Desplante, professeur de sport, épaule un collègue durant des séances communes à ces enfants malentendants et les autres.
« J’utilise le français complet signé codé »

Certains de ces personnels interviennent aussi à l’école du Loch, au lycée agricole Kerplouz (les deux à Auray), au collège Saint-Gildas (à Brech, juste à côté) ou bien encore à Anatole-France, à Quéven. Dans cette commune proche de Lorient, les cours communs prennent le pas, en termes d’horaires, sur ceux réservés aux élèves handicapés. « J’enseigne le français et, pour certains, les maths », reprend Marie Kernen. « Pour m’adresser aux enfants, j’utilise le français complet signé codé, c’est-à-dire la langue des signes et le langage parlé complété par un code gestuel qui soutient la lecture labiale. Lire sur les lèvres leur permet de comprendre 30 % de ce qui est dit. Alors pour les petits mots outils comme les articles, il y a ces signes et on arrive à 100 % ».
Apprendre à accepter la différence
Enfants, enseignants et parents d’élèves semblent apprécier le concept et l’ouverture d’esprit qui en découle. Chacun découvre l’autre dans sa différence et apprend à l’accepter. Comme dans la vie. L’école Gabriel-Deshayes connaît, par ailleurs, une autre nouveauté en cette rentrée 2008 : les petits de maternelle apprennent l’anglais, de façon ludique. Une Anglaise viendra les voir en cours très bientôt, régulièrement. Une autre façon de s’ouvrir à l’autre.

Source : http://www.letelegramme.com © 3 Septembre 2008 à Auray (France)
Merci à G.Lastennet pour info

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
ajax-loader
Fermer

Adblock détecté

Cher lecteur, Vous voyez cette page car votre bloqueur de publicité est activé. Veuillez le désactivez puis cliquer sur "Accéder à Sourds.net" Pour vous remercier.