La main des sourds

Le musée archéologique de Mayenne a ouvert ses portes

1 300 visiteurs ont découvert le château carolingien et les collections archéologiques qu’il recèle. Parmi eux, des sourds et mal-entendants.

Une dizaine de personnes ont suivi les gestes de Marina Richter-Guittois, qui a déchiffré les traces des dix siècles d’évolution du château, à la fois contenant et contenu du musée.

Le musée archéologique de Mayenne a reçu ses premiers visiteurs, hier matin. Cette journée d’ouverture, avec environ 1 300 personnes accueillies, annonce un été bien rempli. Installé dans le château carolingien, sur les berges de la rivière, le lieu se veut accessible à tous les publics. Il l’a prouvé d’emblée en proposant, dès 10 h, une visite gratuite en langage des signes, en lien avec l’office de tourisme. Un groupe d’une dizaine de sourds et mal-entendants l’ont suivie.
Lisant sur les lèvres et déchiffrant les gestes précis de Marina Richter-Guittois, qui traduisait les paroles de Sandra Malaquin, agent d’accueil et guide du musée, les visiteurs ont eux-aussi pu voyager dans le temps à travers la découverte du château restauré et des collections qu’il abrite. « La difficulté, ici, c’est que le château raconte dix siècles d’évolution, explique Marina, salariée de l’office de tourisme. Il faut sans cesse resituer le contexte historique et architectural, pour bien comprendre. »
Au fait, comment s’y prend-on pour mimer des noms propres ? « En utilisant l’alphabet des signes, répond Marina. On épelle chaque mot. Même chose pour les termes un peu techniques. » Arpenter le musée et admirer les objets exposés, en particulier la riche collection de pièces de jeux médiévaux retrouvés lors de fouilles menées sur le site même du château, a du coup pris un peu plus de temps. Près de deux heures, au lieu d’une heure et quart. Au fil de la visite, les mal-entendants ont également pu s’aider des bornes interactives et autres outils pédagogiques, à la fois sophistiqués et simples à utiliser.
« Une forte demande »
Salles au plafond en ogives, cellier, chapelle et enfin crypte, le tout articulé autour de la tour haute de quatorze mètres, datée du Xe siècle et visible à chaque étage, le château a livré ses secrets aux visiteurs. « Le groupe était seulement composé d’habitants de la ville, observe Marina, qui a appris le langage des signes de sa propre initiative. Rien qu’à Mayenne, il y a une forte demande, pour une offre déjà régulière mais encore rare. »
D’autres visites du musée pour les sourds et mal-entendants seront programmées, à des dates qui restent à définir. D’ici là, avec l’association du Pays d’art et d’histoire, la traductrice donne rendez-vous lors des prochaines Journées du patrimoine, les 20 et 21 septembre.

Source : http://www.laval.maville.com © 22/06/2008 à Laval (France)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.