Des lycéens de Gambetta ont passé leur option langue des signes pour le bac

On les avait rencontrés il y a un an. Cette fois, ils sont dans le grand bain puisque leur option est devenue effective pour le bac 2008. La semaine dernière, ils ont été huit au total à passer leur option pour le bac. Leurs notes, ils ne les connaîtront que le 4 juillet, mais on sait déjà qu’ils ont réussi leur pari. Au final, ils ne seront que huit pour l’ensemble de la région sur les 200 candidats présentés en France !

Lors d’un de leurs derniers cours, on se rend compte très vite, à les observer que la communication est plus facile avec la formatrice. Le dialogue peut s’installer réellement. Pour septembre prochain, il a été décidé que ne seront pris dans la formation que les élèves très motivés sachant que lors de la journée portes ouvertes de très nombreux candidats au lycée ont fait part de leur désir d’y adhérer. « Ce n’est pas une animation de foyer socio-éducatif, c’est bien un cours de langue » insiste le proviseur.
M y a quelque chose de théâtral dans la gestuelle de la formatrice. Le cours se donne en silence, cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas de bruit, non, juste une attention soutenue de part et d’autre qui impose le respect. Et les rires arrivent fréquemment, comme quand une des élèves confond le mot « maïs » et le mot « mais », la phrase ne veut alors plus rien dire du tout… Pour travailler, Anne Potier distribue des feuilles sur lesquelles figurent les mots à interpréter. Avant d’engager une conversation, c’est valable pour toutes les langues, mieux vaut maîtriser une bonne part du vocabulaire de base. Cet apprentissage se base sur la méthode du jeu.

Elle donne des cours depuis trois ans comme vacataire et c’est sa première année à Gambetta. Elle intervient aussi dans des associations et d’autres établissements d’enseignement mais généralement dans un cadre extra scolaire. Cette année fut un peu difficile car l’enseignement dans l’Education nationale de la langue des signes n’est pas encore totalement entré dans les mœurs. La preuve en est que personne ne savait très bien quelles seraient les modalités de l’examen. Et il n’y a pas de programme clairement établi ! « Les élèves ici ont de la chance car généralement cette formation est payante », ajoute Anne Potier.
Parmi ses regrets : « lorsque j’entre dans la salle des professeurs el leur indique un bonjour, personne ne me répond… Les entendants ne font pas beaucoup d’efforts… » Elle est très fière quand des enfants entendants lui disent bonjour avec les mains. Et c’est assez facile. La main est à plat, poser le bout des doigts sur le côté de la bouche, paume vers soi. Puis déplacer la main vers l’avant, c’est tout ! Bonjour chez vous

Source : http://www.lavoixdunord.fr © 17/06/2008 à Lille (France)
Merci à Potier pour info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.