Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Justice Montbéliard : un geste en faveur des sourds-muets

Pour pouvoir communiquer avec les sourds-muets, Mohamed et Damien, agents de sécurité à la cité judiciaire de Montbéliard apprennent le langage des signes. Un beau geste !

Le langage des signes : quelques gestes simples suffisent pour communiquer
Le langage des signes : quelques gestes simples suffisent pour communiquer

Une excellente initiativeLes usagers -et ils sont nombreux- qui se présentaient à la cité judiciaire, hier matin, ont pu être les témoins d’une scène insolite à l’entrée.
En effet, alors que Damien l’un des agents se livrait aux opérations de contrôle requises dans le cadre du renforcement de la sécurité des tribunaux, qui se sont notamment accompagnées de la mise en service de portiques de détection des objets métalliques, son collègue Mohamed s’initiait au langage des signes. Il avait pour professeur le jeune Frédéric Vandelle, 31 ans, qui s’est livré de bonne grâce aux subtilités d’un contrôle.
Après les civilités et les formules de politesse, que Mohamed maîtrise déjà parfaitement, l’agent a souhaité apprendre les signes et gestes qui lui permettraient, le cas échéant, de procéder sans méprise au contrôle d’une personne sourde qui se présenterait au tribunal.
« Cela nous a semblé intéressant d’apprendre ce langage. Finalement, quelques gestes simples suffisent à communiquer avec une personne sourde. Et puis, c’est plus sympa ! », commentaient Damien et Mohamed, tout en consultant deux gros volumes illustrés consacrés à la langue des signes.

Frédéric n’était pas le seul à se montrer ravi de cet apprentissage et il a assumé avec bonheur son rôle de professeur. Son papa, Claude Vandelle, ne cachait pas lui non plus son contentement.
« C’est une excellente initiative que je salue de la part de ces deux agents. C’est important pour les sourds de pouvoir se faire comprendre. J’espère que cela pourra donner des idées à d’autres administrations ».
Claude Vandelle, président de l’Apeda (Association des parents d’enfants déficients auditifs) déplore en effet le manque d’attention dont souffrent les personnes frappées par ce handicap.

Source : http://www.lalsace.fr © 10 Juin 2008 à Montbéliard

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.