La main des sourds

Centre Jacques-Cartier. L’oeuvre de l’abbé Garnier

Pour raconter l’histoire du centre Jacques-Cartier, il faut remonter le temps et s’arrêter à la figure de celui qui fut à l’origine de son existence : l’abbé Samson Garnier (1800-1872). Nommé vicaire dans la paroisse de Plestan en 1837, il compte parmi ses élèves un jeune sourd avec qui il ne peut pas communiquer. Deux ans plus tard, il ouvre une école dans ce village, avec le soutien des religieuses de Broons. Trop petite, cette dernière est transférée à Lamballe en 1841, puis à Saint-Brieuc en 1855, à l’endroit où se dresse aujourd’hui le centre des impôts, rue… Abbé-Garnier. En 1963, le centre déménage sur son site actuel, rue du Vau-Méno. Au fil des années, l’institution a évolué – enseignement laïc, différentes méthodes pédagogiques -, pour devenir, en 1985, le centre Jacques-Cartier. Au-delà de sa mission d’enseignement et de formation, le site, qui a le statut d’établissement autonome spécialisé dans l’accueil et la formation des jeunes sourds de 0 à 20 ans, a aussi mis en place un service destiné à soutenir, dans leurs démarches administratives et sociales, tous les adultes sourds qui le souhaitent.

Source : http://www.letelegramme.com © 29 Avril 2008 à Saint-Brieuc

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.