Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

Examen en langue des signes

La langue des signes, une langue pas facile à apprendre. À Ciney, la Ville et l’ASBL la Ridelle ont organisé une première session de cours.

Un che-val, un pous-sin, une va- che… et, immédiatement, un signe succède au nom exprimé verbalement. Il en va de même de tous les animaux de la ferme. On y ajoutera, ensuite d’autres animaux: crocodile, ours… Chacun des douze participants à la première session de la langue des signes suit, à chaque fois, le geste de l’enseignante. Et puis, c’est l’interro. Mais tout se passe dans un climat très convivial.

Les élèves en étaient, jeudi soir, à leur 24e heure de cours terminée. La session en comprend trente. La semaine prochaine, révision. Ensuite, ce sera l’examen pour tous. Ce cours de langue des signes à destination des personnes sourdes est le fruit d’un partenariat entre la commission communale de la personne handicapée et l’ASBL cinacienne la Ridelle. Comme le soulignait l’échevine de Pret, «cette commission est un lieu d’écoute des personnes différentes, un lieu de rencontre, de réflexion, de débats, de convivialité».

Elle cherche à améliorer le quotidien des personnes handicapées au travers de projets concrets. Ce cours de langue des signes en est un. Il fait suite, notamment, à une journée de la mobilité, en septembre dernier, à la charte de la personne handicapée, et au service Handicontact mis en place à l’hôtel de ville où Hugo Jottard accueille et informe les personnes handicapées sur tous les sujets qui les concernent.

Pour quoi faire?

Normalement, cette session devrait être suivie de deux autres. Fort de ce bagage, l’élève devrait pouvoir tenir un dialogue avec une personne sourde. La première session de 30h lui permet d’avoir un dialogue, style «touriste à l’étranger». Elle permet de se débrouiller et de répondre à des questions pratiques, usuelles. Cette première session sera-t-elle suivie des deux autres? C’est la question posée. Selon M.Custers, de la Ridelle, cette formation coûte cher… Sera-ce un obstacle? L’avenir le dira. Les initiateurs du cours, eux, souhaitent évidemment poursuivre le projet.

Source : http://www.lavenir.net © 8 Avril 2008 à Ciney

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.