Du malentendant au malentendu

Cela ne se voit pas toujours, mais les personnes malentendantes souffrent, en particulier en société. La Journée nationale de l’audition, c’est aujourd’hui, et plusieurs associations participeront à un forum samedi.

Christiane Ahr, présidente de lAssociation des malentendants et devenus sourds dAlsace, tiendra un stand samedi à la bibliothèque centrale.
Christiane Ahr, présidente de l’Association des malentendants et devenus sourds d’Alsace, tiendra un stand samedi à la bibliothèque centrale.

Christiane Ahr souffre de déficience auditive moyenne depuis qu’elle est petite. Des otites séreuses mal soignées sont à l’origine de son handicap. Elle a passé sa scolarité sans bien entendre, on la faisait simplement s’asseoir au premier rang. A 17 ans, une opération soigne ses tympans, mais ne règle pas son problème d’audition. A 21 ans, son supérieur hiérarchique à la Ville où elle travaille la pousse à « s’appareiller ».

Christine Ahr préside l’association depuis 1981

Depuis 1981, Christiane Ahr préside l’Association des malentendants et devenus sourds d’Alsace, fondée en 1934, qui compte aujourd’hui une cinquantaine de membres. Ils se retrouvent quatre fois par an et font deux sorties dans l’année.
L’association fait partie du Bucodes, le Bureau de coordination des devenus sourds. Elle est aussi membre d’un collectif pour être représentée à la Maison départementale des handicapés, avec l’Association socioculturelle des sourds du Haut-Rhin, Des Mains pour le dire, Le Phare et l’Association des parents d’enfants déficients auditifs.

Les plus de 65 ans représentent 64 % des malentendants

Retraitée depuis trois ans, la présidente voudrait bien passer la main, mais il y a « un problème de renouvellement ». Les adhérents sont surtout des gens qui prennent de l’âge et souffrent de presbyacousie. « Les plus de 65 ans représentent 64 % des malentendants. Dans les cas de déficience auditive légère, cela peut être corrigé par l’appareil. »
Contrairement aux sourds de naissance (moins de 3 %), les devenus sourds et malentendants ne pratiquent pas la langue des signes. Ils sont quelquefois orientés vers un orthophoniste, qui leur enseigne la lecture labiale. Les parcours sont très différents, tout comme le degré de handicap d’une personne à l’autre, qui n’entend plus pour des raisons génétiques, après une maladie ou un accident.
La surdité de Christiane Ahr n’est pas corrigée à 100 %. « Je ne sais pas comment c’est d’entendre normalement. » La vie en groupe est particulièrement difficile : « Tout le bruit rentre dans l’oreille et c’est le brouhaha. Je ne supporte pas de porter l’appareil en société. » Elle estime que les gens sont plus respectueux envers les malvoyants que les sourds : « Quand on est malentendant, c’est un malentendu : on doit reconstituer une phrase avec des bouts de mots. » S’ajoute la fatigue liée aux efforts pour compenser la mauvaise audition en essayant de capter les vibrations et le regard.

« Je ne sais pas comment c’est d’entendre normalement »

Entre le problème des mentalités et le coût des appareils auditifs, Christiane Ahr estime qu’« il y a encore beaucoup à faire ». L’un des combats commun des associations a été le sous-titrage pour la télévision. Elle même suit les programmes « avec un casque pour bien comprendre et ne pas gêner les voisins ». Le système des boucles magnétiques dans certains lieux publics (en réglant son appareil) apporte une aide auditive : au cinéma, par exemple, ou à la gare. Les appareils peuvent permettre d’aller au concert ou suivre une conférence. « Mais il y a aussi d’énormes problèmes : les gens qui entendent de plus en plus mal se replient dans leur coin et dépriment. Il n’y a pas de prise en charge pour les personnes devenues sourdes, en particulier à l’âge adulte. »

Association des devenus sourds et malentendants d’Alsace, Christiane Ahr, Tél: 03 89 43 07 55

Source : http://www.dna.fr © 13 Mars 2008 à Alsace

2 commentaires
  1. Guy JACQES dit

    A l’attention de madame Ahr :
    J’ai lu l’article dans les DNA d’hier. Je suis obligé de mettre le son très fort sur la télé. Je souhaitaerais acheter un casque comme vous. Pourriez-vous me communquer les caractéristiques de ce casque ou si permis me donner la marque et le modèle. D’avance mercI. Bon vent à votre association !

  2. Blandine dit

    Bonjour, madame la Présidente,

    Je viens de lire le document qui parle de vous et de votre association, et j’aimerais beaucoup entretenir une correspondance avec vous et votre association.

    Je m’appelle blandine Siéty, je suis sourde oraliste et présidente de l’Association Nationale des Devenus Sourds du Gabon (-ANDES-GABON). Je sui gabonaise et vice-présidente de la Fédération nationale des associations des et pour personnes handicapées du Gabon (FNAPHG).
    Je pense que nous avons beaucoup de choses à faire ensemble en rapport à notre handicap, ici au Gabon et en france.
    Je suis à votre disposition pour toute information complémentaire sur ANDES-GABON et les devenus sourds et malentendants du Gabon

    cordialement,
    Blandine
    bbsy_gabon@yahoo.fr ou andes_gabon@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.