La main des sourds

Écho, le mensuel qui parle aux sourds, a 100 ans

Bernard Truffaut, Isabelle Seguin et Catherine Beauger animent la rédaction d’« Écho Magazine », qui compte une dizaine de correspondants réguliers dans toute la France.

Créé, en 1908, dans une école tenue par des frères, Écho magazine s’adresse aux lecteurs sourds et muets de toute la France. Rencontre à la rédaction, au Mans.

Une rédaction qui ressemble à toutes les autres, les éclats de voix en moins : ordinateurs ronronnants, boîtes d’archives qui s’entassent. Au mur, des posters colorés de l’alphabet dactylologique qui permet de « signer » l’alphabet latin et, au-dessus de la bibliothèque, une gravure représentant l’abbé de l’Épée, né en 1712.

C’est lui qui, le premier, s’est intéressé aux modes de communication des sourds-muets. « Il a redonné aux sourds leur dignité par l’instruction. Depuis, il est vénéré. » Bernard Truffaut est le directeur et l’éditorialiste d’Écho magazine, une revue destinée au public sourd, distribuée dans toute la France sur abonnement.

Ses 36 pages mensuelles évoquent l’actualité du monde des sourds : éducation, culture, santé, vie des associations régionales. Le reportage d’octobre était consacré au XVe Congrès
mondial qui se tenait à Madrid.

« Écho répond à la soif de découverte et d’information qu’expriment les personnes sourdes, explique Catherine Beauger, rédactrice en chef, la seule « entendante » de l’équipe. Nous, on est sollicités sans arrêt avec la télé, la radio ou dans la rue. Pas eux. Écho est le reflet de cette microsociété qui vit au milieu de la société entendante. »

Écriture simple, sans fioritures

Le magazine fête, en janvier, ses 100 ans d’existence. Créé en 1908 par le directeur d’une école de sourds tenue par les frères de Saint-Gabriel, à Poitiers, L’Écho de famille voulait assurer la continuité entre l’établissement et ses anciens élèves.

Puis d’autres contributeurs s’y sont intéressés. « La revue servait aux profs à échanger sur leurs méthodes d’enseignement, explique Bernard Truffaut, lui-même membre de la congrégation. Mais, quand les religieux se sont retirés des écoles, remplacés par des laïcs, le journal a failli mourir. »

Récupérée par un frère de Saint-Gabriel, la rédaction d’Écho est transférée au Mans en 1994. Elle compte aujourd’hui deux salariées, Catherine Beauger et Isabelle Seguin. Leurs itinéraires n’ont rien à voir avec le journalisme : l’une a été vendeuse en décoration intérieure, l’autre a étudié l’aménagement paysager.

« La formation d’Isabelle lui sert, constate sa collègue. Elle a un regard harmonieux sur la mise en pages. » La maquette d’Écho magazine favorise le visuel avec des textes aussi courts que possible. Le vocabulaire, simple et sans fioritures, va à l’essentiel. « Les sourds éprouvent souvent des difficultés à lire, car ils apprennent une langue qu’ils n’entendent pas. On s’adapte. »

Contacts : Écho magazine, 02 43 24 85 83 et echo.magazine@libertysurf.fr

Source : http://www.ouestfrance.fr © 02/01/2008 à Mans (France)

5 commentaires
  1. Anastasia Serban dit

    Bonjour a tous
    Je suis sourd-muette, hier ai-je reçu a une personne a PARIS sur votre ” écho sourd”. Mai cherches, puis ne comprends pas. SVP, si posible vous me donnez choses exacte. Voilà m’assez sujet du mal.
    Cordialement Mme Anastasia

  2. anastasia serban dit

    SALUT a tous,
    Pourquoi avez-vous trop silence a mort.
    Je n’aimerai pas voir m’affiche la même et a rien bouger si depuis la date de 27 05 11 à 06:32 min.
    Comme j’aurai oder et n’est pas facile, ainsi.
    Cordialement Anastasia

  3. bigot dit

    bonjour barberot de part de CIAS de Blois, pour recherche des boulots , il y a d intéressant pour sourds du centre en voire pour la France , vous pourriez lui demander la liste de jobs pour. ogre magazine a publier.s il vous plait . de même , avec l aide de cet organisme pour réseau des sourds , je vais essayer a créer une association des diabétiques sourds . s il vous plait . pourriez vous faire diffuser l annonce pour infos plus commentaires . je vous en relmercie en avance . cordialement annie Didier Bigot de blois

  4. bigot dit

    mille excuse pour faute de tape

  5. bigot dit

    encore nos excuse s je voulais dire pour infos plus complets sur diabete et aussi la recherche de DVD en lsf svp

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.