La main des sourds

Miss Limousin 2006 : Sophie Vouzelaud poursuit son combat

Depuis son titre de 1ère dauphine de Miss France, Sophie Vouzelaud a fait avancer le combat qui lui tient à cœur, l’accessibilité des sourds à l’information. De retour du Japon où elle représentait la France au concours Miss International, elle revient sur une année riche en évènements.

Grâce à sa participation à l’élection de Miss International, concours où elle s’est rendue avec sa mère Hélène, Sophie Vouzelaud, photographiée ici en compagnie de sa maman, a pu défendre la cause des sourds jusqu’au Japon…

INFO.- Comment s’est déroulé cette élection ?

SOPHIE VOUZELAUD.- Avec ma mère nous avons décollé le 1er octobre et nous sommes arrivées à Tokyo le lendemain après onze heures de vol et avec sept heures de décalage horaire. Nous étions attendues deux jours plutôt à cette élection de Miss International, donc en fait, le comité d’organisation ne nous attendait plus. Les organisateurs nous ont dit qu’ils n’avaient par reçu le contrat d’engagement alors que Madame de Fontenay disait qu’il avait été envoyé. Les Japonais étaient très en colère et, dans ces conditions là, je ne pensais pas gagner le concours. L’élection a eu lieu quelques jours après dans le hall de l’hôtel où nous séjournions. Soixante-deux Miss très belles et très sympas étaient en compétition et Miss Mexique a remporté le titre.

I.- Quel était le niveau de ce concours ?

S. V.- Ce concours était d’un niveau très inférieur à celui de Miss Monde auquel j’aurai dû participer mais les organisateurs ont refusé ma présence parce que je suis sourde. C’est de la discrimination ! Pour Miss International, les répétitions n’ont duré que deux jours. J’ai fait trois passages en costume national, maillot de bain et robe de soirée et je me suis présentée en prononçant quelques mots devant une salle de 300 personnes. Miss Venezuela, qui est également malentendante, s’est exprimée en signant. L’élection n’était pas retransmise à la télévision et le jury, composé de sponsors, est seul à voter. Je n’ai pas été retenue dans les quinze dernières alors que je pensais en faire partie.

REMARQUÉE PAR LA TÉLÉ

I.- Avez-vous pu défendre la cause des sourds au Japon ?

S. V.- Oui une chaîne de télévision japonaise avait organisé un forum avec toutes les Miss et chacune s’est présentée brièvement. Le journaliste m’a ensuite prise à part pour m’interviewer sur mon handicap. Il m’a demandé pourquoi je me battais pour les sourds. J’ai répondu que même une personne sourde peut participer à une élection. Nous sommes comme tout le monde ! J’ai répondu que je ne voyais pas en quoi cela pouvait poser un problème, car le jury regarde d’abord la beauté et les compétences de la personne.

« Les sourds sont des consommateurs comme les autres et je ne comprends pas pourquoi nous sommes oubliés à ce point !».

LA TÉLÉ SUD-CORÉENNE À SAINT-JUNIEN…

I.- Les Coréens se sont également intéressé à votre combat ?

S. V.- Suite à ce voyage au Japon, la télévision sud-coréenne la plus regardée est venue enregistrer une émission dans ma ville à Saint-Junien. Dans leur pays il n’y a rien pour les sourds. J’ai parlé de la cause des sourds, j’ai médiatisé mon combat et Madame de Fontenay a également participé. Les Japonais sont aussi très en retard sur le handicap, comme en France. Aux Etats Unis 99 % des informations sont sous-titrées et même la pub ! Les sourds sont des consommateurs comme les autres et je ne comprends pas pourquoi nous sommes oubliés à ce point. Je remarque tout de même des initiatives, comme les journaux de TFI, qui sont sous-titrés depuis que j’ai été élue 1ère Dauphine de France. Ce n’est pas encore le cas de la météo. Il est prévu que toutes les informations soient sous-titrées en France en 2010. Attendre encore trois ans, c’est beaucoup trop long. Nous voulons être informés comme les autres.

I.- L’accessibilité au cinéma pose encore problème ?

S. V.- C’est impossible d’aller au cinéma à Limoges. A Poitiers, à Bordeaux, à Paris, des salles diffusent des films sous-titrés. J’entends parler du phénomène « Ratatouille », par exemple, et je ne peux pas participer à la conversation parce que je n’ai pas pu voir le film. Il faut que j’attende la sortie en DVD des films pour les voir. Et c’est valable uniquement pour les films américains car aucun DVD de films français n’est sous-titré. Nous n’avons rien fait pour mériter cela, nous avons aussi le droit de voir et d’acheter. Nous n’avons pas accès à la culture. A cause de cela les gens considèrent souvent les sourds comme des idiots, alors qu’il nous manque pleins d’informations…

Avec ma mère nous avons décollé le 1er octobre et nous sommes arrivées à Tokyo le lendemain après onze heures de vol et avec sept heures de décalage horaire…

ENTENDUE PAR AIR FRANCE

I.- Vous avez soulevé un gros problème de sécurité en avion ?

S. V.- En effet, lors de mon voyage retour du Japon, le commandant de bord m’a invitée dans le cockpit. Je lui ai expliqué que je n’avais pas compris les consignes qui avaient été donné quelques minutes plus tôt par l’hôtesse de l’air. J’ai dû demander à ma mère ce qui se passait. Elle avait annoncé une zone de turbulences. Le commandant de bord m’a dit qu’il préviendrait sa direction. J’appris qu’il avait ensuite remis un rapport à sa compagnie Air France. Il s’agit en fait d’un problème de sécurité pour les passagers sourds qui ne comprennent pas les consignes. Il serait pourtant très simple de diffuser des messages écrits. Le commandant m’a répondu qu’il ne s’était pas du tout rendu compte qu’il y avait un problème à ce niveau là.

FAIRE AVANCER LA CAUSE DES SOURDS…

I.- Quel bilan tirez-vous de cette année ?

S. V.- Je ne me rends pas compte de ce qui s’est passé depuis cette élection de Miss France. Je suis restée moi même, naturelle, et c’est tellement naturel pour moi de défendre la cause des sourds… Je n’ai surtout pas voulu faire de business. J’ai été beaucoup médiatisé pour une 1ère dauphine et j’ai certainement fait de l’ombre à Miss France. Beaucoup de gens m’ont dit que j’aurai dû être élue mais je ne voulais pas être Miss France. Il aurait fallu que je vive à Paris, alors que je suis très attachée à mon Limousin. Lorsque j’ai vu que nous n’étions plus que deux candidates en lice pour le titre, j’ai tremblé à l’idée d’être élue car je ne le voulais pas. Après l’élection des milliers de gens qui avaient voté pour moi ont protesté auprès de l’organisation parce que je n’avais pas été élue. À cause de cela le règlement de l’élection de Miss France change, cette année, le vote sera réparti à 50 % entre le public et le jury, le vote du public ne comptait jusqu’à présent que pour un tiers.

FAIRE AVANCER LA CAUSE DES SOURDS…

une chaîne de télévision japonaise avait organisé un forum avec toutes les Miss…

I.- Quel bilan tirez-vous de cette année ?

S. V.- Je ne me rends pas compte de ce qui s’est passé depuis cette élection de Miss France. Je suis restée moi même, naturelle, et c’est tellement naturel pour moi de défendre la cause des sourds… Je n’ai surtout pas voulu faire de business. J’ai été beaucoup médiatisé pour une 1ère dauphine et j’ai certainement fait de l’ombre à Miss France. Beaucoup de gens m’ont dit que j’aurai dû être élue mais je ne voulais pas être Miss France. Il aurait fallu que je vive à Paris, alors que je suis très attachée à mon Limousin. Lorsque j’ai vu que nous n’étions plus que deux candidates en lice pour le titre, j’ai tremblé à l’idée d’être élue car je ne le voulais pas. Après l’élection des milliers de gens qui avaient voté pour moi ont protesté auprès de l’organisation parce que je n’avais pas été élue. À cause de cela le règlement de l’élection de Miss France change, cette année, le vote sera réparti à 50 % entre le public et le jury, le vote du public ne comptait jusqu’à présent que pour un tiers.

I.- Quels sont vos projets à court terme ?

S. V.- Je vais continuer les défilés et la carrière de mannequin, je veux poursuivre le travail afin de faire avancer la cause des sourds notamment pour l’accessibilité à l’information à la télévision. Je vais écrire un livre et un calendrier sortira prochainement, avec également des photos de la nouvelle Miss Limousin.

Source : http://www.infomagazine.com © 11 Décembre 2007

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.