Montauban. Fabienne, 30 ans, hôtesse de caisse, sourde et muette

Une histoire qui ressemble à un beau conte de Noël pour Fabienne Cator, qui depuis le mois de mars a trouvé un travail en contact avec le public, malgé son handicap.

abienne en plein travail à sa caisse
abienne en plein travail à sa caisse

L’histoire ressemble à un conte de Noël avant l’heure et tombe à point nommé, c’est-à-dire en pleine semaine de sensibilisation à l’emploi des personnes handicapées. C’est le cas de Fabienne Cator, 30 ans qui est sourde et muette.

Un handicap qui ne l’a pas empêché de trouver du travail comme hôtesse de caisse à Auchan Montauban depuis le mois de mars dernier.

Ses CAP de photographe et d’esthéticienne n’auront servi à rien, mais par contre, la démarche du directeur des ressources humaines du magasin Auchan à Montauban Pierre Charles Pougoué lui aura ouvert les portes de l’emploi. « Je l’ai embauché comme n’importe quel autre salarié. Je me suis appuyé sur Cap emploi, qui est ce qu’on pourrait appeler l’ANPE des personnes handicapées. Après une semaine de formation aidée d’une traductrice en langage des signes, elle a posé toute seule sa pancarte sur sa caisse où on pouvait lire – Je suis sourde et muette. Je lis sur vos lèvres. Merci de me parler lentement C’est tout. Et ça marche bien pour elle, pour le magasin et pour la clientèle. Je sais que certains clients cherchent systématiquement sa caisse en priorité pour lui signifier leur soutien et leur amitié ».

DES COLLÈGUES SOLIDAIRES

Mais il y a mieux encore. Afin de communiquer plus efficacement avec elle, une douzaine de ses collègues ont décidé de faire une formation pour apprendre la langue des signes sur cinq jours, dont l’adjointe du directeur des ressources humaines, Aurélie Letellier avec le GRETA, grâce à Chantal Burais conseillère en formation continue. Fabienne sait également pouvoir compter sur sa responsable directe, Valérie Malmon sa formatrice de caisse, Annie Colart et sur le directeur des ressources humaines. Ce dernier précise : « Chez Auchan, la culture d’entreprise qui est réelle, passe par l’humain. Ici , les salaries se tutoient. C’est pas forcément facile. De plus, j’accorde une grande importance à la formation. Les 250 salariés ont bénéficié de 7 000 heures en un an, et je compte développer encore, notamment dans le cadre du projet d’agrandissement du magasin (Lire ce dessous).

Quant à Fabienne, elle écrit pour conclure : « Je suis heureuse de travailler ici. Et j’espère pouvoir continuer et évoluer dans ma carrière ».

C’est à peu près tout le mal que lui souhaite la direction et une bonne partie du personnel qui assurent « que Fabienne leur à fait prendre conscience d’une réalité qui aide finalement les autres à surmonter le handicap… de la différence ». Superbe leçon de courage et d’intelligence réunis au cœur même du monde du travail pourtant réputé assez rude !

Source : http://www.ladepeche.fr © 16 Novembre 2007 à Montauban

3 commentaires
  1. courveille dit

    bonjour,je dit que je suis fiere que tu peux travail caisse et j ai deja demande que je veux travail comme toi et j ai tres envie je vous montre que monde sourds peux travail comme autre salaire importe

    1. rodriguez dit

      La surdité dans un magasin d’entendant, peut-être dangereux, dû à la surdité en cas d’accident dans le magasin, et une non entente de téléphone, ne peu pas appeler ses collègues par téléphone, ne peu pas demandé de renseignement à la caisse sur un prix ou demandé des pièces de monnaies pour sa caisse par téléphone.
      exemple : si y a le feu dans le magasin comment fairons t ‘elles pour sortir. je pense aussi que sa amène le magasin à payé des cours d’apprentissage du langage de signe aux employées qui y travaillent.
      je ne suis pas contre mais dans les magasins sa demande beaucoup de communications.

      aprenez a vous exprimés

  2. rodriguez dit

    La surdité dans un magasin d’entendant, peut-être dangereux, dû à la surdité en cas d’accident dans le magasin, et une non entente de téléphone, ne peu pas appeler ses collègues par téléphone, ne peu pas demandé de renseignement à la caisse sur un prix ou demandé des pièces de monnaies pour sa caisse par téléphone.
    exemple : si y a le feu dans le magasin comment fairons t ‘elles pour sortir. je pense aussi que sa amène le magasin à payé des cours d’apprentissage du langage de signe aux employées qui y travaillent.
    je ne suis pas contre mais dans les magasins sa demande beaucoup de communications.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.