Dans deux mairies de quartier, les sourds reçus cinq sur cinq

Depuis la mi-octobre, les mairies de quartier Sud et Nord expérimentent un accueil réservé aux personnes sourdes et malentendantes. Elles entendent ainsi répondre aux besoins exprimés à l’ETAPE.

Structure d’accueil et de l’insertion installée rue Jules-Guesde, ETAPE s’adresse autant aux personnes en situation précaire qu’à celles souffrant d’un handicap. Dans ce cadre, elle abrite depuis 1999 une permanence de Sourd media, une association qui aide les sourds dans leur quotidien, en leur apportant des informations qui ne leur sont pas accessibles, en matière de santé, notamment. C’est au cours d’une de ces permanences qu’Isabelle Vanspeybroek, la responsable de l’ETAPE, a rencontré Denis Planchon. L’homme est sourd, pratique la langue des signes, mais parle comme vous et moi. Et il recherche un emploi. Or, au même moment, les mairies de quartier se sont lancées dans un projet d’amélioration d’accueil des usagers. Avec sa « double culture », Denis était le candidat idéal. Il devient le référent surdité de la mairie de Roubaix.
C’est lui qui anime les permanences organisées tous les quinze jours, le mardi à la mairie de La Fosse aux Chênes, le mercredi à celle du Nouveau Roubaix.
Il y est aidé par Daphnée Aouadi et Catherine Antoine, deux agents municipaux entendants mais pratiquant la langue des signes. « Il y a huit niveaux, j’ai atteint le cinquième », explique Catherine. Déjà chargée d’accueil dans une association, elle s’était initiée par ses propres moyens à ce langage. En se disant que ça pourrait lui servir, et surtout servir aux autres. Aujourd’hui embauchée par la mairie, elle poursuit son apprentissage. Lors de ces permanences, les personnes sourdes peuvent trouver des réponses à des problèmes de compétence municipale, mais pas seulement.
Denis, Daphnée ou Catherine peuvent aussi les orienter selon les cas vers la CAF, les services du Département, etc. Une personne sourde est ainsi venue boulevard de Fourmies pour des problèmes de cantine, et d’humidité dans son logement, de compétence mairie, mais aussi pour un problème avec un policier qui l’avait verbalisée selon elle de manière abusive. Denis ne la connaissait pas. Et pourtant, il connaît presque tous les sourds de Roubaix, grâce à l’Etape  ! Il estime leur nombre à une cinquantaine. Parmi eux, Daniel, Abdelkader et Lakhdar. Hier, ils étaient à la mairie des quartiers sud, pour des conseils bien précis. Pour la convivialité, l’ouverture à d’autres mondes que le leur, ils le savent : c’est à l’ETAPE ! Ouvertes aussi aux malentendants, les permanences n’en ont pour l’instant pas reçus. C’est que la situation est plus compliquée : ceux qui ont perdu tout ou partie de l’ouïe ont parfois du mal à s’accepter comme tels et à se diriger vers un accueil spécialisé. En tout cas, les permanences sont équipées pour eux : elles disposent d’une boucle magnétique portable qui amplifie les sons.

Source : http://www.lavoixdunord.fr © – 08/11/2007 à Lille (France)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.