Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Ses yeux sont aussi ses oreilles

Amélie Tavernier, 31 ans, hôtesse de caisse au magasin Leroy Merlin d’Ivry-sur-Seine (94), est sourde profonde. « C’est une blague ? » Un jour, un client a cru que le panneau installé devant la
caisse, indiquant qu’Amélie Tavernier était sourde et qu’il fallait lui parler en face pour qu’elle lise sur les lèvres, était une plaisanterie. Choquée, elle ne relève pas. Evidemment, la pancarte n’a rien d’un canular. Amélie est sourde de naissance et travaille vingt-deux heures par semaine comme hôtesse de caisse. Jamais le week-end. « Nous avons aménagé son temps de travail car elle doit se concentrer plus que les autres. Et les jours de grande affluence, c’est trop de stress pour elle », justifie Marie-Claire Tirolien, responsable du service clientèle du magasin, qui parle couramment la langue des signes française (LSF).

Des clients satisfaits
Pour faciliter son travail, Amélie a toujours une voisine de caisse qui passe les coups de fil pour elle, prend le relais avec les clients en cas d’incompréhension. Mais, ces moments sont de plus en plus rares. « Nous avons beaucoup de messages de clients satisfaits de cette initiative. Mais également de plus en plus de clients sourds », relève Marie-Claire Tirolien. Ce jour-là, Semah Sellam et un ami, tous les deux sourds et muets, sont venus spécialement au magasin d’Ivry. Ils attendent Amélie avec impatience. « Il n’y a plus de barrière pour communiquer. Si on a besoin d’un prix, on le lui demande. On gagne du temps et on prend du plaisir à faire nos courses », traduit Marie-Claire Tirolien, pas peu fière de leur faire savoir qu’elle parle aussi la LSF. Le client suivant est entendant. Spontanément, il se place face à Amélie et parle lentement. La transaction se passe sans difficulté et sans question. Puis c’est au tour de « l’acheteur-de-pots-sans-code-barres ». En quelques signes et toujours avec le sourire, Amélie lui fait comprendre qu’il doit patienter un court instant, le temps que sa collègue récupère le code. « Si je n’arrive pas à me faire comprendre avec les gestes, j’écris », explique la jeune femme.

Amélie deviendra bientôt vendeuse
Après des expériences ratées, car trop stressantes et/ou inadaptées à son handicap, Amélie se soucie aujourd’hui de son épanouissement personnel. Pour ne pas s’ennuyer, elle a fait connaître son désir de travailler en rayon. Après un test de trois jours au pôle déco, elle devrait bientôt être présente en surface de vente une fois par semaine. « Si je ne comprends pas la demande d’un client, je l’orienterai vers le point conseil », dédramatise-t-elle.

Un lexique des signes de base est paru dans le journal interne
En interne, tout semble bien se passer. Même si le rythme de travail est soutenu, Amélie prend le temps d’échanger quelques mots avec ses collègues. « Lors de son arrivée, j’ai pris soin de la présenter à toute l’équipe afin que tous connaissent son handicap et ne le prennent pas à la légère », se souvient Marie-Claire Tirolien. Pour faciliter la communication avec Amélie mais aussi avec Gabriel, autre salarié malentendant, un lexique des signes de base (bonjour, ça va, merci, au revoir…) est paru dans le journal interne. « Cela montre une prise en compte de notre handicap. Ce qui n’est pas le cas partout. J’ai arrêté un job car j’étais soumise à la même cadence que les autres. Je n’allais pas assez vite pour eux, cela a créé des tensions », observe Amélie. Ici, tout le monde fait des efforts. Fatma Askri, hôtesse du service clientèle ne « signe » pas mais parle avec les mains. Et accentue son articulation. Ce matin-là, avec quelques mots simples et quelques gestes improvisés mais explicites, elle lui détaille l’opération commerciale du moment. Rapidement Amélie comprend qu’il s’agit d’un temps fort de l’année et qu’il va falloir redoubler de concentration.

Source : http://www.20minutes.fr © – 12/11/2007 à Paris (France)
Merci à thai ta quoc pour info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.