Partager son expérience de parent

L’Association de parents d’enfants déficients auditifs (Apeda) existe depuis une trentaine d’années dans le Haut-Rhin.
Son objectif : offrir soutien et information aux parents d’enfants sourds .

Françoise jongle entre les différents langages avec ses enfants.
Françoise jongle entre les différents langages avec ses enfants.

« Nous souhaitons mieux nous faire connaître auprès des familles concernées, qui ne savent pas forcément que nous existons », explique Françoise Barbagelata , présidente de l’association. Dans le Haut-Rhin, elle compte une trentaine de familles membres.
C’est lorsqu’elle a réalisé que sa fille aînée était sourde et qu’elle a commencé à suivre le parcours habituel des parents confrontés à une telle situation que Françoise Barbagelata a frappé à la porte de l’association. « Ça m’a énormément aidée, se souvient-elle. Au début, on se pose beaucoup de questions, on se projette, on est inquiets. Le fait de rencontrer d’autres parents qui ont vécu les mêmes choses a été très constructif. »

« Privilégiés dans le département »

L’association est d’abord un lieu d’échanges d’expériences et d’information pour les familles. Elle organise, pour elles, des sorties, des conférences, des moments conviviaux et un groupe de parole mensuel. Elle est aussi un trait d’union avec les professionnels. Elle édite son propre journal, La Gazette de l’Apeda, qui paraît trois fois par an.
Parmi ses principales préoccupations, « l’intégration scolaire des enfants ». « Dans le Haut-Rhin, nous sommes relativement privilégiés, constatent Françoise Barbagelata et Jean-Marie Juncker, membre de l’association. Le département est assez bien pourvu pour l’intégration, les moyens suivent. »
Lorsque les enfants ne souffrent pas de troubles associés, les familles peuvent choisir entre deux options : l’intégration individuelle qui consiste à placer l’enfant sourd dans une classe ordinaire, ou l’intégration collective. Dans ce cas, ce sont plusieurs enfants sourds qui sont regroupés dans une classe avec d’autres enfants entendants, au sein de l’établissement scolaire. Dans ces classes, les professeurs bénéficient de l’assistance d’une « codeuse », pour le langage parlé complété, ou d’une aide à la communication en langue des signes françaises.
« Ce que souhaitent les parents aujourd’hui, c’est l’intégration individuelle, indique la présidente de l’Apeda. On y arrive mieux qu’avant grâce à la prise en charge de plus en plus précoce du handicap et aux progrès au niveau de l’appareillage auditif. »
F.M.

CONTACTER Apeda 68, 33, rue du Beauregard 68200 Mulhouse. Tél.03.89.49.72.28. E-mail : contact @apeda68.net. Site : www.apeda68.net Rencontre tous les premiers mardis du mois à 20 h 30 (en dehors des vacances scolaires) à l’Espace 110, à Illzach.

Source : http://www.lalsace.fr © 31 Octobre 2007 à Mulhouse

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.