La main des sourds

Menuisier depuis 20 ans à la Bastide

Résidant depuis vingt ans à la Bastide , et menuisier de formation, José Wilputte met sa sensibilité de sourd au service de l’institution.

Qu and ses mains travaillent le bois, c’est comme si elles le caressaient. Des gestes de création, qu’il accomplit depuis vingt ans à la Bastide, ce foyer thérapeutique namurois pour personnes sourdes présentant un ou plusieurs handicap(s) associé(s).

«Le bois est une véritable passion pour José, livre Mustapha Ben Aïssa, coordinateur. Je me souviens de voyages en Espagne avec un groupe de résidants où il caressait une porte ou un meuble, émerveillé. Et toujours prêt à nous expliquer comment il avait été conçu.»

Fier de nous faire visiter son atelier, José Wilputte, 73 ans, nous montre deux de ses réalisations: une imposante garde-robe et une petite étagère superbement sculptée.

Le métier, il l’a appris avec son papa, lui-même menuisier. À l’école professionnelle pour sourds-muets et aveugles de Ste-Agathe, aussi. Son diplôme affiche la mention Grande distinction. Nous sommes en 1953, José est âgé de 19 ans.

À la mort de son père il reprendra seul l’activité familiale d’indépendant, malgré son handicap. Pour finalement rejoindre la Bastide, il y a vingt ans.

Vivre en autonomieLe fondateur et directeur de l’institution, Luc Walraedt, a vite compris que le travail du bois fait partie intégrante de la vie de José Wilputte. Il lui offre la possibilité de s’y adonner dans l’atelier des ouvriers de la maison. Tout en équipant, petit à petit, le local de machines spécifiques. L’artisan pourra y exprimer pleinement son potentiel de création en offrant ses services à l’institution.

«Sa plus grande joie, c’est quand il reçoit des commandes de l’extérieur», explique le coordinateur. Une belle reconnaissance, à part entière, de son talent.

Et José Wilputte de nous guider vers son appartement, l’un des quatre lieux de vie supervisés à l’Espace Lioba. Il y cohabite avec Chantal, Philippe et Jean-Jacques.

L’endroit est très lumineux, coquet, et équipé de magnifiques meubles réalisés par José.

Le menuisier nous montre des photos de ses parents, de son père et de lui, dans l’atelier familial.

«Les résidents de l’Espace Lioba ont une vie autonome, explique Cettina Comis, éducatrice. Ils entretiennent leur appartement, élaborent des menus équilibrés…»

«Je me lève à 8h30, je déjeune, je me lave, ensuite je vais travailler. J’aime me promener aussi. Je lis le journal, je regarde les infos à la télévision. Je fais les courses et je suis responsable des comptes de l’appartement. J’ai une belle vie, comme tout le monde», résume José Wilputte en langue des signes.

En janvier 2003, la Bastide fêtait ses 20 ans, et recevait la visite de la princesse Mathilde. Bientôt, ce sont les vingt ans de présence de José Wilputte à la Bastide qui seront salués. Mais pour l’heure, c’est de vacances dont il s’agit. Au lendemain de notre reportage José s’envolait pour la Tunisie – avec Henry – également résidant à la Bastide -, une caméra dans ses bagages.

La Bastide, 8, av. Vauban, Namur. 081/745455

Source : http://www.lavenir.net © 4 Octobre 2007 à Namur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.