Association des Sourds de La Réunion

L’Association des Sourds de la Réunion est la seule association qui représente la communauté sourde. Conformément à l’un de ses buts (rassembler les personnes sourdes de La Réunion ainsi
que les personnes non sourdes dans le cadre de défendre leurs droits humains et civiques), nous dénonçons l’inégalité des droits civiques et humains des personnes sourdes en matière de citoyenneté.
Afin de clôturer la 14ème Journée Mondiale des Sourds sous l’égide de la WFD (World Federation for the Deaf), après avoir sensibilisé le public réunionnais à la vie quotidienne des personnes sourdes le samedi 22 septembre, ils ont organisé une manifestation publique à la rue pour dénoncer l’exclusion des personnes sourdes en matière de citoyenneté samedi dernier.
départ de la marche a eu lieu à l’École Gabriel Macé – La Source.
Les deux symboles de cette manifestation étaient

-Le tee-shirt noir : Hommage à nos ancêtres qui ont d’ores et déjà dénoncé les mesures du Congrès de Milan (1880) et qui ont entraîné l’interdiction de la langue sourde pendant plus de cent ans. L’absence de l’usage de la langue sourde, langue naturelle des personnes sourdes, a affecté profondément le langage psychologique, affectif, intellectuel et cognitif des personnes sourdes et nous a mis dans la situation de citoyen de seconde zone.

-La menotte (ou la chaîne) : Continuité éternelle du flambeau de la dignité humaine, transmis par nos ancêtres ayant la perspicacité de lutter contre l’oralisme, ce qui se traduit par notre combat légitime permettant du passage de notre état de sous-citoyen à celui de citoyen à part entière. Parce que depuis toujours, notre parole a été niée, méprisée, étouffée, écrasée par ceux qui sont censés être les plus proches de nous : les professionnels de la surdité ou bien les professionnels de l’handicap.

Les Sourds en colère

Les personnes sourdes, en tant que citoyens français, sont confrontées à la situation quotidienne soulignant :

– Aucune facilité d’accéder à la formation et à l’emploi, du fait de la barrière mise en place volontairement par l’Agefiph ;

– Aucune subvention n’est allouée pour les associations dirigées par les Sourds eux-mêmes dans le cadre de la création et du développement ;

– Aucune institution ne demande leur avis sur certaines affaires qui les concernent de manière directe.
Ils contestent :

– Que leur droit de choisir la formation ou l’emploi qui correspond à leur projet professionnel soit bafoué par l’Agefiph ;

– Que leur opinion et leur parole sur la situation qui les concerne sont encore bafouées !

– Que l’injustice et l’inégalité entravent perpétuellement leur volonté de préserver leurs droits civiques et humains.

Source : http://www.temoignages.re © – 01/10/2007 à La Réunion

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.