Le portail d'information sur les sourds et langue des signes

À Rennes, une équipe pour les patients sourds

Au CHU de Rennes, une petite unité accueille et accompagne les personnes sourdes. Expérience unique dans le Grand Ouest.

Le docteur Isabelle Ridoux, au centre, est lun des rares médecins français à pratiquer la langue des signes. Au sein de son équipe, à droite, la psychologue, Anne Sophie Le Leuch, et laide-soignante, Morgane Robert, elles-mêmes atteintes de surdité.
Le docteur Isabelle Ridoux, au centre, est l’un des rares médecins français à pratiquer la langue des signes. Au sein de son équipe, à droite, la psychologue, Anne Sophie Le Leuc’h, et l’aide-soignante, Morgane Robert, elles-mêmes atteintes de surdité.

Confrontés à la barrière de la langue, les patients sourds rencontrent souvent des difficultés dans l’accès aux soins. Une petite unité d’accueil leur est dédiée au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Rennes. Au départ, elle faisait partie du service ORL. Elle a pris son indépendance il y a quelques mois, s’installant dans des locaux qui viennent d’être inaugurés.
Rattachée au pôle « soins de support », la petite équipe maîtrise la langue des signes. Elle est dirigée par le docteur Isabelle Ridoux, l’un des rares médecins français à pratiquer le langage gestuel. Les patients sourds y trouveront aussi une aide-soignante, Morgane Robert, et une psychologue, Anne-Sophie Le Leuc’h, atteintes du même handicap. L’unité est complétée par une secrétaire et des interprètes en langue des signes.
Un sujet méconnu
La première unité d’accueil a été ouverte, à Paris, dans les années 1990. Depuis 2001, un réseau national se met en place. Il compte aujourd’hui une douzaine d’unités d’accueil, dont celle du CHU de Rennes pour le Grand Ouest. « Notre rôle n’est pas de prendre en charge la surdité, mais d’accompagner les patients dans l’accès à tous les types de soins et de prévention », souligne Isabelle Ridoux. L’équipe doit savoir s’adapter à tous les niveaux de langage. La tâche n’est pas toujours facile. « Parfois on communique par dessins ou pictogrammes sur des fax. »
Au fil des ans, elle s’est dotée de nouveaux outils, dont la visioconférence. Bientôt sera lancée une antenne du Cresam, le Centre de ressources pour les patients atteints à la fois de surdité et de malvoyance.
« On lève le voile sur un sujet méconnu », constate Isabelle Ridoux. Le nombre de consultations ne cesse d’augmenter. Il arrive que des patients soient adressés par un médecin généraliste confronté à une impasse dans la communication. Morgane Robert, l’aide-soignante, est à l’aise dans le rôle d’accompagnatrice. Quant à Anne-Sophie Le Leuc’h, elle tente de soulager la souffrance des patients qui font face à la solitude.
L’unité se déplace à l’extérieur. Elle a noué des liens avec les hôpitaux de Saint-Brieuc et Dinan. Elle intervient dans les services et pousse à la formation d’aides-soignantes sourdes, comme seule sait le faire dans l’Ouest l’école de Dinan.
Alain THOMAS.
Contact. Unité d’accueil et de soins des patients sourds, allée des Marronniers à Pontchaillou, tél 02 99 28 37 30, fax 02 99 28 37 29 (accueil.sourd@chu-rennes.fr).

Source : http://www.rennes.maville.com © – 01/10/2007 à Rennes (France)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.