La main des sourds

Une joueuse de Belœil participera aux Sourdlympiques en 2009

L’équipe canadienne de volley-ball a décroché la médaille d’or aux derniers Jeux panaméricains des sourds. Du nombre, la Belœilloise Geneviève Savard, qui a quitté les Jeux du Québec de Sept-Îles au mois d’août pour se joindre à l’équipe au Vénézuela et savourer le plus important titre de sa jeune carrière.

Léquipe canadienne, dont a fait partie Geneviève Savard (6e joueuse de la deuxième rangée),a remporté lor aux Jeux panaméricains des sourds.
L’équipe canadienne, dont a fait partie Geneviève Savard (6e joueuse de la deuxième rangée),a remporté l’or aux Jeux panaméricains des sourds.

Équipe Canada a défait les trois équipes présentes aux Pan-Am, soit l’Argentine, le Vénézuela et le Mexique. Elle n’a d’ailleurs perdu qu’une seule manche. Mais il serait faux de prétendre que les grands honneurs ont été raflés avec facilité. “La victoire n’a pas été facile. Nous avons perdu trois joueuses, malades en raison du changement de climat. Il a fallu nous adapter à une chaleur et à une humidité extrêmes”, dit Savard.

La passeuse de 17 ans n’est pas au bout de ses émotions. La victoire aux Pan-Am d’équipe Canada lui donne un laissez-passer pour les Sourdlympiques à Taïwan en 2009. Ce sera l’occasion pour la joueuse qui a commencé sa carrière au Collège Saint-Maurice de Saint-Hyacinthe d’affronter les meilleures joueuses sourdes au monde. L’entraîneur de Savard aux Jeux du Québec, Éric Beaudoin, estime qu’elles représentent 1 % des joueuses de volley-ball.

Les Jeux du Québec et les Jeux panaméricains dans la même semaine
Geneviève Savard a pris part au mois d’août aux Jeux du Québec en tant que passeuse partante de la délégation Richelieu-Yamaska, le temps des deux premières journées de compétition. Elle a raté le troisième et dernier jour puisqu’elle devait prendre l’avion pour le Vénézuela. Richelieu-Yamaska a finalement terminé en cinquième position. C’est le meilleur résultat de la délégation dans l’histoire des Jeux du Québec.

Aux Jeux Panaméricains des sourds, Geneviève Savard faisait partie d’une équipe plutôt hétérogène. Les joueuses avaient entre une quinzaine et une trentaine d’années. Fait surprenant, à 17 ans, Savard était une des joueuses les plus expérimentées. C’est pourquoi elle est devenue la passeuse partante. Cette dernière avoue que d’être la pierre angulaire de l’équipe ne l’a pas trop effrayée. “C’est sûr que j’avais de la pression, mais je la gère bien. J’ai été habituée à cela dans les équipes scolaires. À bien des compétitions, comme au camp espoir 2006, j’étais la seule passeuse de l’équipe, donc je jouais tous les matches.”

Comme bien des joueuses sourdes de volley-ball, Savard n’était pas au courant de la tenue du camp pour les Jeux panaméricains. Même que c’est une coïncidence si elle a la médaille d’or au coup. “Un arbitre à une de nos compétitions régionales a remarqué mes appareils auditifs. Il a informé mon entraîneur qu’une équipe de joueuses sourdes existait. Je suis donc aller faire le camp national et j’ai été sélectionnée!”, s’exclame-t-elle.

Jouer sans appareil auditif
Sourde de naissance, Geneviève Savard est habituée de fonctionner normalement avec ses appareils auditifs, qu’elle porte pratiquement toujours. C’est pourquoi jouer sans appareil auditif aux Pan-Am l’a déséquilibré. “L’aspect social a été difficile dans les débuts puisque je ne pouvais pas prendre part à toutes les discussions. Au niveau du jeu, c’était épuisant mentalement car entendre demande davantage de concentration et d’énergie. Aussi, la cacophonie qui règne dans les gymnases les jours de compétition est parfois dure pour les nerfs, dit-elle. Communiquer avec l’entraîneur et les joueuses devient aussi plus difficile. Surtout qu’une passeuse joue un rôle central dans l’équipe. Elle doit, après la capitaine, assumer un certain leadership.” Un exemple pour illustrer les difficultés qu’éprouve une passeuse dans le feu de l’action : elle ne bénéficie que de sept ou huit secondes entre les jeux pour recevoir les instructions de l’entraîneur.

De plus, les joueuses d’Équipe Canada ont, tout au long du tournoi, communiqué dans le langage des signes. Que ce soit dans le langage des signes québécois (LSQ) ou le langage des signes américain (ASL). La joueuse de Belœil n’a jamais appris ce langage. “Je n’ai jamais fait partie de la communauté sourde en tant que telle. J’ai toujours été mêlée à des personnes qui entendent à l’école comme dans mes loisirs”, explique Savard. Cette dernière tient à souligner comment l’expérience l’a inspirée. “Ça m’a aidé à prendre confiance en moi et à accepter encore mieux mon handicap auditif. J’ai bien l’intention de prendre des cours de LSQ et de continuer à faire partie de l’équipe. Taïwan est dans mes objectifs. Il est possible que j’assiste mon entraîneur afin de former des plus jeunes recrues sourdes ou malentendantes au Québec. J’encourage les jeunes qui ont un handicap à s’intéresser aux sports d’équipe, parce que ça donne un sentiment d’appartenance qui nous fait oublier notre différence.”

Source : http://www.hebdos.net © – 15/09/2007 à Canada

1 commentaire
  1. Jean-Guy Savard dit

    Message à Geneviève Savard
    Vient de paraître :

    Savard, Gilles et Jean-Guy Savard, avec la collaboration de Richard Savard : Les Savard en Amérique, XLVIII+752 pages, Québec, 2008

    …ces deux auteurs décident de mettre en commun leur expérience et d’unir leurs efforts pour préparer un dictionnaire généalogique qui puisse permettre à toute personne intéressée de retracer ses ancêtres Savard et de dresser elle-même son arbre généalogique. C’est ce volume que les auteurs sont heureux de rendre disponible aujourd’hui en cette année de la commémoration du 400e anniversaire de Québec.

    Volume en vente chez l’éditeur : Jean-Guy Savard
    Courriel : savardjg@videotron.ca
    Téléphone : 418-653-8802
    Prix du volume : 40,00 $
    Poste et emballage : 12,00 $

    Jean-Guy Savard

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.