Le CRTC exige que les sourds puissent «entendre» 100 % des émissions

0

Le CRTC vient de tirer un coup de canon que les télédiffuseurs francophones n’ont pas manqué d’entendre: à compter de septembre 2008, 100 % des émissions devront être sous-titrées codées pour les malentendants. Actuellement, elles ne le sont qu’à 60 %.

Richard Mc Nicoll, un sourd qui se décarcasse depuis 25 ans pour faire avancer ce dossier qui n’a jamais vraiment intéressé les diffuseurs, se réjouit de la décision du CRTC.

Seuls les messages publicitaires seront exemptés.

Richard Mc Nicoll, un sourd qui se décarcasse depuis 25 ans pour faire avancer ce dossier qui n’a jamais vraiment intéressé les diffuseurs, se réjouit. Il réclamait cette obligation depuis 1981. Les canaux anglophones ont été bien plus rapides à présenter des sous-titres pour malentendants.

Oui, on trouve des émissions sous-titrées chez nous. Mais pas toujours facilement. Mercredi dernier en début d’après-midi, nous voulions photographier M. Mc Nicoll devant un canal francophone sous-titré. En cherchant bien, il a finalement trouvé à Canal D. Ailleurs, le néant.

Le direct est une bête noire: il faut aller vite et ne pas confondre les mots qui ont la même résonance.

Bien sûr, les diffuseurs font quand même des efforts. Ainsi, RDS sous-titre le hockey, en mettant les lignes écrites en haut de l’écran pour que les spectateurs ne ratent pas une passe. Mais, dit M. Mc Nicoll, ils n’ont pas sous-titré les séries éliminatoires parce que le Canadien ne s’est pas qualifié.

La prochaine saison de football n’offrira de sous-titres codés que pour les matches des Alouettes.

Le canal de vieux films Ciné Pop n’offre aucun sous-titrage pour sourds parce que le CRTC ne l’a pas imposé. En septembre 2008, la situation aura changé.

Radio-Canada offre 90 % de sa programmation sous-titrée. Mais elle utilise une technologie obsolète, dit M. Mc Nicoll, qui a travaillé fort avec des scientifiques pour qu’ils développent un logiciel plus rapide. À Radio-Canada, dit-il, on utilise encore des sténotypistes qui doivent apprendre la technique durant au moins deux ans avant de la maîtriser. Radio-Canada, ajoute-t-il, est à la recherche d’une nouvelle technologie et lorgne du côté américain.

Pour l’instant, dit-il, RDI n’offre que 10 minutes de sous-titrages à l’heure.

Quand feu Pierre Péladeau a acheté TVA, le CRTC lui a imposé d’augmenter les sous-titres pour sourds. Apprenant la longueur de l’entraînement à la sténotypie, M.Péladeau a réclamé quelque chose qui s’apprend plus vite.

Le système STDirect, vendu et développé par le CRIM – Centre de recherche informatique de Montréal – et le groupe TVA utilise la reconnaissance de la parole. Un «interprète», formé en 35 heures, répète ou résume ce qu’il entend et ses paroles sont affichées à l’écran. Une avancée majeure dans le domaine du sous-titrage.

TVA utilise ce logiciel depuis 2004 pour ses bulletins de nouvelles. RDS depuis 2006 pour les matchs du Canadien et TQS pour ses éditions du Grand Journal depuis février 2007. Le canal parlementaire C-PAC est en train de roder son système pour l’automne.

On le voit, les progrès sont encore très récents. Et pas toujours au point. En français, les noms propres sont particulièrement difficiles à capter par la machine. C’est ainsi que Gilles Duceppe a déjà été sous-titré Dupet.

Et les sous-titres parlaient des fesses de Bernard Geoffrion alors qu’il s’agissait de ses fils. Les mots qui ont une résonance similaire, les homophones, peuvent causer des mauvaises surprises aux lecteurs.

Le CRTC réclame aussi plus de qualité dans le sous-titrage codé. Parfois, c’est écrit au son ou parfaitement incompréhensible. Parfois même, des sous-titres de l’émission B se glissent dans l’émission A. Il y a encore du chemin à faire. Un comité sera formé pour faire avancer le dossier.

Il y a 10 % de malentendants chez nous. Alors qu’autrefois les gens perdaient leur acuité auditive vers 70 ans, les nouveaux gadgets comme le iPod risquent de rendre les gens sourds beaucoup plus jeunes, selon les experts.

Source : http://www.cyberpresse.ca -15/06/2007 à Canada

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.