Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

RDC : Enfants sourds-muets vers leur prise en charge par la coupe et couture

Kinshasa – (DIA) – Formatrice en coupe et couture des enfants sourds-muets à Kinshasa, en République Démocratique du Congo, RDC, madame Yvette Mpaka retient comme priorité des villages Bondeko dans cette ville la promotion de la réinsertion socio – professionnelle des personnes vivant avec handicap. Cette enseignante chez les enfants avec handicap a été interviewée le 5 juin 2007 par une représentante de l’agence de presse Dia.

« Les enfants sourds-muets étudient d’abord dans le cycle normal c’est-à-dire qu’ils fréquentent l’école primaire et les plus brillant parviennent jusqu’au secondaire avant d’être formés en coupe et couture au village Bondeko », une œuvre diocésaine de l’Eglise catholique à Kinshasa, a déclaré madame Yvette Mpaka. La formation de ces enfants avec handicap s’échelonne sur quatre années et ces derniers confectionnent d’abord des draps et taies d’oreillers.

Ces enfants sont aussi capables de coudre par la suite des jupes, blouses et pantalons. Aujourd’hui cette enseignante dispose d’une classe de 9 enfants, tous sourds-muets évidemment, dont trois garçons et 6 filles. Elle a donné les informations suivantes en poursuivant. Ces enfants éprouvent des difficultés d’adaptation et de compréhension surtout à leur arrivée au village Bondeko. Le passage d’une classe à une autre est conditionné par la maîtrise de la matière. Ceci décourage souvent certains de ces enfants qui échouent et qui sont amenés parfois à mettre fin à leur formation.

Madame Yvette Mpaka travaille au village Bondeko depuis l’année 2000. La coupe et couture n’a été introduite dans ce centre qu’en septembre 2004. C’est pourquoi la toute première promotion se trouve encore en troisième année. Les réalisations de ces enfants sont emportées à domicile par eux – mêmes après finissage pour des raisons didactiques. En effet, certains d’entre eux possèdent des machines à coudre chez eux pour s’exercer. Les villages Bondeko exploitent trois volets de formation, à savoir social, pédagogie et paramédical. Le volet pédagogie est le socle de la formation. La coupe et couture a été introduite après la boulangerie.

Certains parents de ces enfants sourds-muets ne contribuent pratiquement pas à la formation de leurs enfants. Tous sont cependant contents de la formation qu’ils reçoivent. Des enfants manquent de matériels (aiguilles ou tissus). La formatrice s’arrange parfois elle-même pour leur en procurer. Le village Bondeko dans sa branche coupe et couture ne reçoit pas encore de dons. Des chrétiens catholiques volontaires apportent de temps en temps quelque chose dans ce sens.

Il arrive que des filles en formation coupe et couture soient engrossées, cela les contraignant à ne plus continuer à suivre la formation. De tels faits regrettables affectent la formatrice dont la consolation est parfois de voir certains parents suivre la formation de leurs enfants de très près. Ces parents assistent régulièrement aux différentes réunions organisées par les encadreurs. Les enfants sourds-muets en formation de coupe et couture sont épanouis, parce qu’ils ont des engagements dans leurs paroisses (pastorale spécialisée) au niveau de la chorale et de l’acolytat. Certains de ces enfants sourds-muets travaillent dans des ateliers de couture avec des personnes sans handicap.
Le programme de travail en coupe et couture est réalisé par une équipe composée des enseignants techniciens des différents villages Bondeko et des conseillers pédagogiques du village Bondeko/ centre de formation. (De notre stagiaire Michaëlle Ayambi de la faculté de communications sociales des Facultés catholiques de Kinshasa)

Source : http://www.dia-afrique.org © 08/06/2007

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.