Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Philippe Ouellet, sourd et surdoué

La surdité n’est pas un handicap pour le jeune Philippe Ouellet. Âgé de 13 ans, le jeune homme qui souffre de surdité de type neurosensoriel depuis la naissance collectionne les exploits tant sur le banc d’école que dans ses activités sportives.

«Philippe collectionne les médailles et les certificats à l’école. Il a toujours été un premier de classe. Seulement cette année, il vient de mériter le titre de l’élève le plus méritant dans la catégorie «Personnalité» pour ses performances en sport,en académique, et sa visibilité à l’intérieur et à l’extérieur de l’école Odyssée-Lafontaine. Il a aussi remporté la médaille «Académique» de sa classe 214», mentionnent ses parents, Guylaine Savard et Michel Ouellet.

Le départ le plus important est certes celui du lanceur partant Frédérick Ouellette, acquis l’an dernier des Diamants de Québec, en retour de Jimmy Durette. Identifié comme l’artilleur numéro un de l’équipe, Ouellette été utilisé comme partant à deux reprises depuis le début du calendrier. Même si ses performances n’ont renversé personne, son départ n’est pas dû à son rendement au monticule.

La surdité n’est pas un handicap pour Philippe Ouellet si l’on se fie à ses exploits tant sur le banc d’école que dans ses activités sportives.

Le jeune homme avoue que sa surdité l’aide à performer. «Mon handicap me permet de franchir les épreuves que d’autres n’ont pas eu à passer. J’ai toujours travaillé fort pour réussir. Comme je dois utiliser des appareils et que je dois en même temps lire sur les lèvres, il me faut être à l’écoute et attentionné», souligne l’élève en sports études.

C’est à l’âge de deux ans et demi que les parents de Philippe ont constaté les problèmes de leur jeune fils. «Il parlait peu et il montrait ce qu’il voulait au lieu de le dire. Dès l’âge de trois ans, il a eu des appareils. Nous avons par la suite misé sur la stimulation. Au préscolaire, il a fréquenté le Jardin du coin et l’école Horizon pour les malentendants. Dès la maternelle, nous l’avons intégré avec tous les autres enfants. Depuis ce temps, il est toujours accompagné d’une interprète», racontent Guylaine et Michel.

L’interprète Chantale Gagnon suit quotidiennement Philippe depuis maintenant sept ans. Elle lui transmet par signes le début des lettres d’un mot ou toute la phrase, au besoin, surtout quand il ne peut lire sur les lèvres de l’enseignant.

Philippe Ouellet a été invité à participer aux Jeux Pan américains des Sourds qui auront lieu en août au Venezuela.

«Les appareils permettent de détecter les sons mais pas nécessairement les subtilités pour discriminer le message. Il entend tous les sons ambiants, ce qui peut lui faire perdre des mots. Le professeur porte un récepteur MF, maintenant sans fil, ce qui permet d’enlever l’effet de distance».

La surdité de Philippe ne l’empêche pas d’écouter la télévision. Il doit bien sûr se brancher sur les postes qui offrent le sous-titrage intégral. «Les postes pour enfants comme VRAK sont ceux qui sont les moins sous-titrés. Toute la famille écoute la télévision ainsi. J’ai aussi un adaptateur pour mon MP3 pour écouter la musique. Mon cadran que je place sous mon oreiller est muni d’un vibrateur. L’Internet est un excellent moyen de communication. Je peux écrire à mes amis et prendre toutes les informations nécessaires», ajoute le jeune Chicoutimien.

L’adolescent avoue avoir connu une période difficile dans ses relations amicales entre 5 et 10 ans. «On me traitait de toutes sortes de noms, et ils ne me regardaient pas de face en me parlant. Il m’était difficile de les comprendre. Je suis quand même sélectif dans le choix de mes amis».

Compétiteur

Inscrit en sports-étude, Philippe Ouellet est aussi membre du club de natation Béluga de La Baie. Il a quitté le pays vendredi pour participer à un camp d’entraînement de deux semaines en France en compagnie de son coéquipier Thomas Poirier et de son entraîneur Nicolas Bussières. Suivra en juillet une compétition canadienne à la piscine olympique de Montréal, et les Jeux du Québec.

«Je suis aussi invité aux Jeux panaméricains des sourds qui auront lieu en août au Venezuela. L’Association sportive des sourds du Québec voulait également que j’aille au Championnat mondial en août en Taiwan, mais il était trop tard pour s’inscrire», de laisser tomber le jeune homme qui aimerait bien pratiquer la profession de vétérinaire en raison de son amour fou pour les animaux.

Source : http://www.hebdosquebecor.com -10/06/2007 à Canada

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.