La main des sourds

Sous-titrage en direct : la télé n’est plus sourde aux malentendants

La campagne électorale s’ouvre aux quatre millions de citoyens sourds et malentendants grâce au sous-titrage en direct, dans les jours prochains, de toutes les émissions politiques et de tous les JT. Mieux vaut tard que jamais.

Si TF1, Canal + et M6 se bousculent aujourd’hui pour annoncer la mise au point de procédés permettant l’accessibilité immédiate au sous-titrage, soulignons que France Télévisions a été un précurseur dans ce domaine. Le démarrage du sous-titrage sur Antenne 2 a commencé en 1983 ! L’émission “A vous de juger”, animée par Arlette Chabot, est déjà sous-titrée depuis plusieurs mois, de même que les JT de 13 heures et de 20 heures (depuis 1991).

Les chaînes privées réagissent en fait sous la contrainte d’une recommandation du CSA. Les sages sont soucieux qu’aucun citoyen ne soit oublié dans le grand débat public qui anime cette année 2007.

La France compte un retard certain dans ce domaine. Outre-Manche, la BBC, par exemple, sous-titre déjà 95 % de ses programmes. Le législateur a donc pris les choses en main et, dans une loi sur le handicap, datée 11 février 2005, a fixé un cap précis : toutes les chaînes qui réaliseront 2,5 % d’audience en 2010 devront être intégralement sous-titrées. Un objectif très ambitieux et, de l’avis des spécialistes, assez irréaliste, notamment pour les chaînes à l’économie fragile.

Objectif 100 % de sous-titrage en 2010

Le temps presse et les télévisions doivent mettre les bouchées doubles, car actuellement, sur France Télévisions, on atteint seulement la barre des 50 % (dont Roland Garros, le Tour de France, le Tournoi des six nations, les programmes jeunesse…). TF1 a réalisé un bel effort en passant de 23,4 à 49 % entre 2005 et 2006. M6 était très en retard. En 2005, seuls 8 % de ses programmes étaient accessibles.

Les chaînes ont longtemps renâclé pour une question de coût. Une minute de sous-titrage d’un programme de stock s’élève à un peu moins de 15 euros. Mais dès qu’on passe au sous-titrage en direct, les prix flambent : de 25 à 40 euros la minute selon la complexité du dispositif à transcrire. “Un match de tennis coûte moins cher qu’un débat politique à quatre où tout le monde se coupe la parole”, explique Guillaume Kordonian, responsable de ces questions à France Télévisions. Pour un JT, nous employons jusqu’à neuf personnes.”

Plusieurs méthodes sont utilisées. Les plus classiques font appel à la sténographie ou vélotypie (une sténographie améliorée). Canal + a opté pour ce procédé à l’occasion de cette élection présidentielle. C’est aussi le procédé retenu par l’Assemblée nationale pour retranscrire ses débats.

Les progrès de l’informatique ont permis un grand bond en avant grâce aux logiciels de reconnaissance vocale. Une personne, dite “perroquet” ou “sous-titreur vocal”, écoute l’émission en direct à travers un casque muni d’un micro (voir illustration). Cette personne répète ou synthétise ce qu’elle entend. Sa parole, son accent et son débit ont été auparavant testés sur le logiciel de reconnaissance vocale, de sorte que le logiciel traduise correctement le vocabulaire employé. “Généralement, les sous-titres s’affichent en bas de l’écran du téléspectateur avec un décalage de deux à quatre secondes”, rapporte Alex Keiller, directeur général de Red Bee Media, la société qui travaille avec la BBC, et désormais pour le compte de M6.

Actuellement, trois sociétés se partagent ce marché florissant compte tenu des impératifs fixés dans la loi de 2005. Outre Red Bee Media, TéléTota (qui travaille avec TF1) et Geodim sont les principaux acteurs. France Télévisions a recours à l’une de ses propres filiales, MFP, premier prestataire français de sous-titrage avec 5200 heures à son actif en 2006.

Un bassin d’emploi pour “perroquets” est en train de se créer. Petite information pratique : un sous-titreur vocal débutant peut espérer un salaire de 30 000 euros annuels bruts. À bon entendeur…

Source : http://www.lepoint.fr – 26/03/2007 à France

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.