Une télé à la portée des handicapés ?

Les JT de TF1 et “Face à la Une” seront accessibles en avril aux malentendants.

Poussées par la loi sur le handicap, les grandes chaînes augmentent chaque année le nombre de programmes en sous-titrage télétexte.
Tour d’horizon.

Correspondante à paris

Dès le 1er avril, les éditions du “13h” et du “20h” de TF1, ainsi que le rendez-vous politique “Face à la Une” seront accessibles aux sourds et aux malentendants, par le biais du sous-titrage télétexte. Une petite avancée dans un contexte où les associations de sourds et de malentendants ne cessent de réclamer une meilleure accessibilité des programmes, en particulier des émissions électorales en direct. TF1 n’est pas la seule à faciliter l’accès de quelques directs aux déficients auditifs. C’est déjà le cas des “20h” (depuis 1991), “13h”, retransmissions sportives et certains magazines de France 2. Mais la technologie employée n’est pas optimale, selon Guillaume Kordonian, qui coordonne le sous-titrage à France Télévisions : “La technologie à reconnaissance vocale serait plus performante, mais coûte cher et n’est pas au point pour le français, contrairement à l’anglais.”

Plus globalement, la loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées prévoit que les grandes chaînes (plus de 2,5 pc de part d’audience) rendent d’ici à 2010 la totalité de leurs programmes hors pub accessibles aux déficients auditifs. Une vaste réflexion a commencé autour de cette gageure.

50 pc des grilles sous-titrées

En 2006, France 2, France 3 et France 5 atteignaient ensemble plus de 10000 heures de programmes sous-titrés pour les sourds et malentendants (50 % des grilles), contre à peine 3000 heures en 2000. “Nous sommes satisfaits de cette progression sur les grandes chaînes hertziennes, et nous allons voir comment les petites chaînes vont prendre en compte le handicap”, assure Corinne Samyn, en charge de ce dossier au Conseil supérieur de l’audiovisuel. Forte progression également sur TF1, avec 3700 heures de programmes sous-titrés en 2006, soit 50 pc de la grille. “On devrait être à 60 pc en 2007, 75 pc en 2008, mais les personnes handicapées sont peu informées, notamment par la presse télé, sur ces programmes”, avance Eric Jaouen, directeur de la diffusion à TF1.

France Télévisions estime le coût du sous-titrage de 100 pc des programmes à 61 millions d’euros par an, contre près de 9 millions actuellement dépensés. Les programmes non couverts (majorité des directs et décrochages régionaux) sont les plus difficiles et les plus chers à sous-titrer. Et si les chaînes se sont accordées sur les codes de fabrication du sous-titrage, l’accès par la commande du téléviseur n’est pas harmonisé et les soucis de diffusion sont légion, sur la TNT en particulier.

Le langage des signes est par ailleurs peu répandu, en vignette sur les “Questions au gouvernement” (France 3) et les éditions de “Télématin” de 6h30 et 8h45 (France 2), tandis que l’émission “L’oeil et la main” sur France 5 a été créée pour les sourds et malentendants. Autre programme unique : “A vous de voir”, à destination des aveugles et des malvoyants, qui ne figurent pas au cahier des charges des chaînes !

Seule Arte, inspirée par l’Allemagne et l’Angleterre, achète chaque année à l’association Valentin Haüy 17 films en audiovision (dotés de descriptions verbales des images).

Source : http://www.lalibre.be – 28/02/2007

Image : sourds.net

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.