Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

Des yeux pour écouter

Didier Payen est sourd depuis l’âge de 16 ans. A 46 ans, ce Vannetais, domicilié à Auray, a publié « Lorsque mes yeux t’écoutent », récit de 30 années passées dans l’isolement du silence, à livrer un combat permanent sur l’incommunicabilité. Avec humour et poésie, il se raconte, lui, « pour aider tous ceux qui sont un jour confrontés aux mêmes difficultés ».

Didier communique par la lecture labiale, qu’il a appris seul, et maintenant par l’écriture.

Didier vit avec sa femme et ses trois enfants à Auray, dans une demeure qui se distingue par le raffinement de sa décoration. Dès son adolescence, Didier nourrissait un rêve : être décorateur. Mais le destin en décide vite autrement. A 16 ans il subit une opération au cerveau afin d’extraire deux tumeurs. La maladie est soignée avec succès, mais le nerf auditif est gravement touché, et il ressort de l’hôpital avec une lourde paralysie faciale. Ce jour-là, son rêve est anéanti.
Des projets plein la tête
Renonçant à l’art d’intérieur, il obtient un diplôme de comptable et exerce, depuis, ce métier, à Auray. En décembre dernier, « sous la pression des amis et de la famille », Didier publie son calvaire, une autobiographie romancée, sous le titre « Lorsque mes yeux t’écoutent ». Une démarche qu’il considère comme « spirituelle plus que matérielle ». Lecteur boulimique, jamais son projet ne quitte son esprit. « Ce livre, j’en ai écrit le premier jet à 18 ans », raconte Didier. « Le projet est resté dormir dans mon tiroir jusqu’à mes 40 ans : là, je me suis dit que si je ne faisais rien maintenant, il y dormirait pour toujours ». Le premier tirage du livre s’est limité à seulement 200 exemplaires, très vite écoulés.
Son éditeur parisien n’a pas tenu son engagement pour la seconde publication. Didier est amer : « Ils se sont contentés d’encaisser le chèque ». Aujourd’hui, à 46 ans, il a rendu son permis de conduire car « certaines cicatrices mal réparées » réveillent des douleurs fulgurantes. Le week-end, il profite de son jardin, et écrit beaucoup : « J’ai des idées en pagaille qui se bousculent dans mon crâne ». Ses futurs bouquins tourneront autour « de l’étude des gens, de mon regard sur la société ». Il songe même à apprendre le langage des signes, lui qui depuis l’accident lit sur les lèvres de son entourage.
« Savoir regarder »
Didier à écrit « Lorsque mes yeux t’écoutent » pour lui-même et « pour Clothilde, Hugo et Matthieu, mes enfants ». Mais pas seulement : « Le livre s’adresse à mes amis qui sont sourds et ne peuvent pas écrire, à tous ceux qui sont un jour confrontés à ces difficultés et qui essayent de surmonter ce choc traumatique. Je souhaite transmettre le message que même dans les pires moments on peut avoir accès au bonheur, il suffit de savoir regarder ». Il avoue, lui-même, que « le plus difficile dans la vie, c’est de savoir être heureux ». Ce livre a modifié un peu plus encore sa manière de voir les gens, de façon parfois inattendue : « Les gens que j’ai croisés dans la rue sans même savoir qu’ils étaient sourds traversent aujourd’hui la route pour m’aborder, et ça, c’est formidable ». Didier Payen : Didier. payen56@orange.fr

Source : www.letelegramme.com – 23/01/2007 à Vannes (France)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.