Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

La Bisontine Julie Girard décode le discours du Président

Spécialisée dans le langage des signes, la jeune Franc-Comtoise a permis aux 500 000 sourds de France de suivre en direct les vœux de Jacques Chirac

À 27 ans, et seulement quatre années d’expérience, la Bisontine Julie Girard est propulsée au sommet de son art. Spécialisée dans le langage des signes pour sourds-muets à l’issue de quatre années d’étude en psychologie à Besançon et d’une année passée à Paris au SERAC-Formation (Sourds entendants recherche action communication), dimanche, la jeune Franc-Comtoise a permis aux 500 000 sourds signants de France de suivre en direct les vœux du Président de la République. « Nous sommes deux cents spécialistes en langage des signes en France et j’ai été très surprise d’avoir été élue par mes pairs. Franchement, je ne m’attendais pas à être désignée pour cette mission de premier ordre ; en tout cas pas cette année. Dans notre jargon, nous désignons ce genre de prestations, par l’expression : « conférences supérieures » et en règle générale, elles sont réservées à des personnes qui ont entre 8 à 12 ans d’expérience », explique Julie Girard que nous avons pu joindre, par téléphone, dimanche en début d’après-midi.
« J’ai déjà assuré la doublure du traducteur, mes c’est la première fois que j’assure la traduction en directe d’une intervention aussi importante et aussi médiatisée. J’avoue, que je suis stressée. Pour moi, c’est très fort, mais j’ai travaillé pour ça. Je suis heureuse d’arriver aussi rapidement à ce résultat, parce que, contre toute attente, j’ai été désignée par mes pairs, pour la plupart plus expérimentés et parce que je viens de Besançon », insiste la jeune Bisontine qui ne fait pas mystère de son émotion.
Cela dit, en dépit de la fougue de la jeunesse, Julie Girard a le triomphe modeste. Depuis quelque temps, elle est déjà responsable de la fédération régionale d’Île-de-France de l’Association française des interprètes en langage des signes (AFILS).
Et malgré son âge, elle a d’excellentes capacités de capitalisation de son expérience. « Je ne connais pas encore le contenu du texte du Président, mais j’ai travaillé sur la trame des vœux. Donc je vois déjà comment va se profiler son discours », ajoute la jeune interprète qui devait ensuite se rendre à l’Élysée.

Source : http://www.leprogres.fr – 02/01/2007 à France

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.