Résumé de l’histoire de la famille de Zolboot

Rassemblement pour Zolboot est prévu 14 juillet à 10h30 à bourges

Zolboot Burjigin Janbala Suren est né le 10 novembre 1999 en Mongolie et est atteint d’une surdité profonde bilatérale. Depuis 2004 il est orphelin de père et de mère et a été confié par la juridiction mongole à sa tante. Depuis qu’il est en France Zolboot est scolarisé dans une classe spécialisée pour enfants sourds, à l’école du Grand Meaulnes de Bourges, et dispose de soins pluri disciplinaires appropriés (appareillage, orthophonie, pédiatrie…) qui lui ont permis de s’ouvrir et de réaliser d’énormes progrès.

Il est arrivé en France en novembre 2004 avec sa tante, Mukhjargal HATANBAATAR, son oncle Atartugs HATANBAATAR, leur enfant (1 an), et ses grands parents. Il y a trois mois la famille s’est agrandie puisque Mme HATANBAATAR a donné naissance à une petite fille prénommée Michèle.

A leur arrivée ils ont fait une demande d’asile pour laquelle ils ont été déboutés, ils ont ensuite également été déboutés par la commission des recours.

Il y a un mois ils ont reçu une invitation à quitter le territoire. Un collectif regroupant en grande partie des parents d’élèves de l’école que fréquente Zolboot s’est alors constitué autour de la famille. En deux semaines la pétition lancée par le collectif récoltait déjà plus de 1500 signatures.

Malheureusement, l’oncle et la tante de Zolboot ont été surpris alors qu’ils tentaient de dérober des vêtements dans un magasin (il est fort probable qu’il s’agissait d’un moyen de rembourser la filière qui les a amenés en France – à noter que le complice russe qui leur a fourni les sacs “isolants” et les attendait à la sortie n’a été quant à lui ni arrêté ni inquiété- ).

La préfecture a profité de l’occasion pour boucler définitivement le dossier et emettre à l’encontre de l’oncle et de la tante un arrêté de reconduite à la frontière (APRF).

Le recours au tribunal administratif n’a malheureusement pas abouti puisque le 3 juillet monsieur et madame sont allés retirer à la poste la confirmation par le tribunal de l’APRF.

Il était alors clair que la famille allait être incessamment arrêtée. Des fuites ont permis à la famille d’éviter l’interpellation mais l’ont contrainte à entrer dans la clandestinité. Depuis le 5 juillet ils (Zolboot, son oncle, sa tante et ses deux cousins) vivent cachés.

PS. exemple de formule qui conclue les certificats médicaux (que nous n’arrivons pas à scanner mais que nous pouvons envoyer) “…il est certain que si l’enfant Zolboot était privé de l’environnement adapté dans lequel il a été mis en place, il perdrait tout bénéfice et notamment au niveau de l’acquisition du langage…”.

Source : http://bellaciao.org © – 14/07/2006 à Bourges

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.