Les étudiants sourds en panne d’aide financière

0
Christine Perrin, coordinatrice à Auray du pôle étudiant Bretagne, souhaite trouver un financement pour faire vivre cette structure.

Deux centres pour étudiants sourds existent à Brest et Rennes. Mais à Auray, leur coordinatrice locale craint une baisse des aides financières.

Dans l’état actuel des choses, la rentrée de septembre 2006 ne pourra se faire pour un certain nombre d’étudiants sourds, du fait de l’absence de financements. C’est ce qu’explique Christine Perrin, coordinatrice à Auray du pôle pour étudiants sourds pour la Bretagne. « Nous faisons appel à des compétences spécialisées dans le domaine de la surdité. Nous construisons des parcours autour de chaque projet d’étude supérieure. Au total, ce sont plus de 400 étudiants sourds qui sont accompagnés chaque année dans les différents pôles, avec un taux de réussite égal ou supérieur aux moyennes nationales. »

La loi du 11 février 2005 sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées stipule que l’Etat met les moyens financiers et humains nécessaires aux scolaires, adolescents et adultes handicapés… mais pas les étudiants. « C’est pourquoi nous sommes mobilisés pour trouver des financements », poursuit Christine Perrin.

Ayant obtenu deux moratoires sur l’application de ces textes et donc sur le désengagement de l’Agefiph (1) qui souhaite se recentrer sur ses propres missions, l’Uradepa (2) de Bretagne continue à chercher des solutions au problème, et un financeur. « Après le 30 juin, il existe un vide. Les parents saisissent les élus (députés) de leur circonscription. Nous estimons que les pôles étudiants ont largement prouvé leurs compétences. Ces structures doivent continuer à combler ce vide. » En Bretagne, ils permettent d’accueillir tous les sourds qui veulent faire des études après le bac, quelle que soit la filière et la matière. Les cursus sont répartis sur 21 villes et 61 établissements d’enseignement supérieur.

Le prix d’un rond-point par an

Pour septembre 2006, 35 étudiants sourds ou malentendants sont attendus pour la région. Ce sont des centaines d’heures d’aides spécifiques assurées par 60 personnes environ qu’il faut initier, adapter et optimiser dans le respect des choix d’orientation et de mode de communication. « Ce sont 16 postes équivalents temps plein pour un budget de 269 500 €, ce qui correspond au prix d’un rond-point. Faudra-t-il que nous arrivions à en occuper un pour nous faire entendre ? » Le ministère de la Santé, la Drass, la Ddass, la préfète de région ont été contactés par le pôle étudiant qui espère que l’Etat va jouer le rôle qui lui revient, et donc financer ses propres décisions.

(1) Association de gestion des fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées.

(2) Association de parents des enfants déficients auditif.

Source : http://www.ouestfrance.fr © 28/04/2006 à Auray (France)

Écrire un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.