Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

Les sourds-muets et la géographie

Grâce à un système de communication spécifique,les malentendants bénéficient des mêmes programmes que les autres élèves.

On a du mal à s’imaginer que les sourds et personnes malentendantes, puissent prendre des cours et suivre exactement les mêmes programmes scolaires que les autres élèves et étudiants. Et pourtant, grâce à des méthodes d’enseignement spécifiques, les déficients auditifs sont aujourd’hui en mesure de présenter tous les examens officiels nationaux, nonobstant leur handicap. Qu’il s’agisse des établissements à option d’intégration ou des établissements spécialisés pour malentendants, les méthodes pédagogiques ont été adaptées pour la transmission des connaissances aux sourds. Elles passent par la cohabitation entre les programmes officiels qui sont définis en début d’année par les ministères de l’Education de base, des Enseignements secondaires et de l’Enseignement supérieur, et des programmes plus spécifiques d’apprentissage de la communication.

Un spécialiste de l’enseignement des déficients auditifs, affirme qu’il est impossible pour un enfant sourd de suivre un programme scolaire, sans les pré-requis de communication. Ils consistent d’abord en une initiation à la parole, basée sur l’apprentissage de la lecture labiale. Cette phase consiste à faire passer la connaissance des lettres, et plus tard des mots et des phrases, par le décryptage des expressions et mouvements des lèvres. Une technique qui s’appuie sur la phonétique, mais se prolonge par un ensemble de codes de lecture comme le souffle que produisent certains sons ou lettres, les vibrations du menton ou de la poitrine.

Une deuxième phase, la plus appropriée pour la pédagogie des sourds, s’occupe de l’apprentissage de la gestuelle. Elle donne aux malentendants, les équivalents en signes des réalités orales et verbales, et nécessite pour son assimilation, un accompagnement significatif de visuels (schémas, croquis, vidéos, miroirs).

Une autre étape enfin, consiste en une éducation auditive pour les personnes développant encore des facultés d’écoute, même réduites. Il s’agit, pour ce cas spécifique, de stimuler les capacités sensorielles de l’oreille, de manière à permettre au sujet malentendant, de percevoir les différents bruitages par exemple.

Une fois ce système de communication assimilé, les malentendants peuvent bénéficier des mêmes connaissances que n’importe quel apprenant. Et c’est justement pour donner aux enseignants les outils didactiques nécessaires de transmission de ces savoirs, que l’association pour la promotion des personnes en détresse et des malentendantes (APDM), organise depuis le 18 juillet dernier, un séminaire de formation et d’information sur l’enseignement spécialisé pour déficients auditifs.

Source : http://fr.allafrica.com – 28/07/2005

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.