La main des sourds

La danseuse sourde

Assise au milieu de ses trophées, Beth prend la pose et esquisse un geste gracieux de ses petits bras. C’est une habituel: de l’objectif. A 8 ans, la petite ballerine a déjà reçu 67 distinctions. ” Ce n’est pas une surdouée comme les autres, s’empresse de rappeler Beccie Orchard, sa maman. Beth est aujourd’hui complètement sourde. Son destin et ses récompenses relèvent du miracle… » Beth est un petit prodige du ballet depuis l’âge de… 19 mois. Et pourtant,son rêve de petite fille a failli s’écrouler très vite. Dès l’âge de 4 ans, l’enfant a commencé à souffrir de troubles auditifs. Les médecins diagnostiquent quelques otites qui n’inquiètent pas les parents. La fillette, elle, sent ses troubles s’aggraver mais refuse d’en parler à sa mère, de peur de devoir arrêter le ballet. Comme si de rien n’était, elle continue de passer des heures à la barre, multiplie les entrechats à la maison et rêve encore d’être petit rat de l’opéra à New York, Londres ou Paris. « Elle avait 6 ans lorsque je me suis aperçue que quelque chose n’allait pas, se souvient Beccie. Un soir, elle regardait la télé, fixait le poste et quand je lui parlais, elle ne m’entendait pas. » Un médecin confirme alors ses craintes. Beth est en train de perdre l’ouïe. Ses symptômes – extrêmement rares dans les deux oreilles – seraient causés par un excès de fluides (endolymphe) qui. par la pression exercée dans l’oreille interne a brouillé les signaux envoyés au cerveau, provoquant une perte d’audition sans doute irréversible chez la fillette.

“J’ai appris seule
à lire sur les lèvres, je sais
me débrouiller”
Beccie pense alors que sa fille va devoir renoncer à la danse, mais la réaction de la fillette se révèle proprement bouleversante. « Maman, cela fait deux ans que j’ai commencé à perdre l’ouïe. Je ne voulais pas t’inquiéter. J’ai appris toute seule à lire sur les lèvres, donc je sais me débrouiller ! » « Ma fille a vite compensé son handicap de façon très naturelle, analyse sa mère. Ce qu’elle perdait en facultés auditives, elle le compensait en attention et en vigilance face au monde extérieur. » Beccie Orchard n’est pas au bout de ses surprises. « Elle m’a aussi dit qu’elle ne voyait aucun obstacle à poursuivre le ballet. Elle avait appris à épouser les mouvements de ses petites camarades et, à défaut, à “ressentir” les notes et les vibrations de la musique quand elle était seule en scène. »
Beccie est époustouflée. Et le professeur de danse aussi. « Beth ne rate jamais une note », confirme-t-elle bluffée. En début d’année, la fillette a surpassé 90 candidates et décroché le rôle-titre dans une adaptation de La Belle au Bois dormant. Elle rêve toujours de devenir un petit rat. L’an prochain, elle doit passer le concours d’entrée du prestigieux Royal ballet School de Londres. Sa famille n’est plus à un exploit près…

Source : Closer – 00/00/2005

Merci à Fredyoyo1991 pour info

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.