Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

Le cris de la mouette

Un livre d’Emanuelle Laborit, une auto-biographie à lire absolument…

Saviez vous que… la langue des signes n’était pas universelle ? Que chaque nationalité possédait sa propre langue des signes tout comme elle possède sa langue parlée. ( il y a tout de même un “socle commun” qui permet d’échanger les idées les plus courantes.)

Personnellement, c’est une question que je me suis longtemps posée. La réponse est dans ce livre. Mais réduire cet ouvrage à un bête recueil d’informations sur la surdité serait plus que méprisable. Non, ce livre est un effort de communication, un témoignage, celui d’un sacré bout de femme, qui m’a particulièrement touché.

Ouaih t’es gentille grognasse, mais on sait toujours pas de quoi ça parle ni qui en est l’auteur. Tout vient à point à qui sait attendre, j’y viens, j’y viens ^^

Le cris de la mouette est donc un livre écrit par Emmanuelle Laborit, dont je ne vous ferais pas la biographie puisque ce livre en fait office. La jeune femme est aujourd’hui actrice, elle fut révélée au grand public après la remise d’un Molière, pour le personnage de Sarah, qu’elle avait interprété dans une reprise des Enfants du silence. Ce fut pour elle une grande victoire, car elle prouva au monde qu’une sourde était l’égal d’une entendante.
Pourquoi ce titre ? Parce que la demoiselle est sourde de naissance. On associe souvent le mot “sourd” au mot “muet”, et il est vrai qu’avant de découvrir la langue des signes l’enfant qu’a été Emmanuelle, avait beaucoup de mal à communiquer, que ce soit oralement ou à l’aide de ses mains, ainsi ses seuls moyens d’extérioriser étaient ses cris. Des cris d’oiseau marin disaient ses parents. Des cris de mouette.
Puis vient la langue des signes, synonyme de vie, d’épanouissement et de communication. Le monde lui est désormais ouvert. Emmanuelle devient alors une adolescente engagée. Engagée et révoltée. Etre actrice et défendre le monde des sourds qu’elle ne veut plus synonyme de celui du silence. Voilà ses deux passions, qu’elle mène aujourd’hui avec brio, puisqu’elle a fait de la cause des malentendants son combat quotidien, car comme en témoigne son livre, beaucoup de choses restent encore à faire.
Pourquoi ce livre m’a-t-il plut et touché ? Parce que c’est un ouvrage intéressant pardi ! On y apprend beaucoup sur la langue des signes, sur son évolution au cours du temps, sur l’œil que la société lui porte et, sur la surdité, tout cela inclus dans le roman, et aussi grâce à une postface faite par l’éditeur (chez Pocket jeunes adultes). Mais, contrairement à un documentaire, ce livre possède un coté humain puisque c’est un récit autobiographique, où l’auteur s’exprime à cœur ouvert. Un auteur doté d’une différence mais qui est finalement si proche de nous. Tout ado peut ainsi se retrouver dans la partie qui retrace sa jeunesse. Révolte, rejet, joies et peines s’y mêlent mais jamais dans l’apitoiement sur soi, car l’auteur est quelqu’un de fort, qui aime la vie. Et peut-être lecteur peux-tu tirer une morale de cet ouvrage, tu as des difficultés, cette femme en avait aussi mais elle a su en faire des atouts, possédant aujourd’hui deux cultures : celles des sourds et celles des entendants.
Regarde ta vie, regarde tes difficultés, trouve toi une à deux passions, accroche t-y, ce sont elles qui t’aideront à surmonter ces difficultés, qui te tireront vers le haut quand le moral n’y sera pas.

Source : http://www.adoskuat.com– 18/06/2005

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.