La main des sourds

Se sentant moqué, le sourd-muet agresse un chauffeur de bus

Ce père de famille de trois enfants, un grand gaillard, comparaît pour violences volontaires sur une personne chargée d’un service public. En février 2005, il avait asséné un coup de poing à un chauffeur de Bibus. Particularité : le prévenu est sourd-muet et le tribunal a fait appel à une interprète en langage des signes.
L’homme explique qu’il était en train de faire un créneau dans une voie à sens unique lorsque le bus aurait surgi derrière lui, l’empêchant de finir sa manoeuvre. Et il affirme que le chauffeur se serait moqué de lui. Alors, il lui a asséné une gifle à travers la vitre du bus. Un coup de poing, rétorque le chauffeur qui a quand même eu un certificat d’incapacité de sept jours. Il assure qu’il ne s’est pas moqué du handicap du sourd-muet.

L’avocat du chauffeur montre les photos prises par les caméras de sécurité du bus où le prévenu apparaît comme étant très énervé. Le procureur pense qu’il a tendance à interpréter les événements en fonction de son handicap. Il requiert deux mois avec sursis. La CFTD de Bibus souligne qu’« en 2005, les agressions physiques et verbales contre les chauffeurs ont malheureusement augmenté ». Le conducteur irascible a été condamné à deux mois avec sursis. Il devra verser 450 € de dommages et intérêts au chauffeur, 1 € à Bibus, 250 € à la CFDT.

Source : Ouest-France © – 03/07/2006 à Brest

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.