Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
<> <>
Hauts de Seine Habitat

La langue des signes enfin reconnue à part entière Les malentendants sont satisfaits

Les membres de l’association des sourds et déficients auditifs de Cornouaille pour leur assemblée générale, samedi après-midi.

Alors que le Parlement s’apprête à voter une loi sur la participation à la citoyenneté des personnes handicapées, le bureau est revenu sur les efforts de l’association pour la valorisation des droits des malentendants.

Pour les membres de l’Association des sourds et déficients auditifs de Cornouaille (Asdac), la nouvelle de l’adoption par le Sénat en deuxième lecture d’une loi reconnaissant la langue des signes comme « une langue à part entière », et soulignant que « tout élève doit pouvoir recevoir un enseignement dans cette langue » est une grande victoire.

Depuis une trentaine d’années, l’association présidée par Patrick Le Coz se bat pour faire valoir ses droits auprès des autorités et apporter une aide aux personnes qui rencontrent des difficultés dans leur vie sociale. Par le biais de participation à des conférences et rencontres, les 45 membres souhaitent sensibiliser le grand public aux problèmes spécifiques que rencontre la communauté sourde au sein de la société.

Apprendre la langue des signes

Des initiatives comme celle du collège Jacques Prévert à Quimper, où entendants et non entendants suivent les mêmes cours avec l’aide d’un interprète ont tout leur soutien. A travers cette expérience, deux mondes se rencontrent : les jeunes mal entendants sortent de leur isolement en intégrant un cursus normal et les entendants découvrent un monde et une langue mal connue. « Beaucoup apprennent la langue des signes et trouvent ça formidable » explique Annie Salvin, secrétaire adjointe de l’association.

Pour cette assemblée générale ordinaire, les membres de l’association ont procédé à l’élection du bureau et ont pris connaissance du budget prévisionnel 2005. On a aussi évoqué le spectacle Princes et princesses au théâtre de Cornouaille à Quimper le 8 février. Après la pièce, un débat sera organisé avec les comédiens sourds et entendants de la pièce.

Source : www.ouest-france.fr © 26 Octobre 2004

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.