Le portail d'information sur les sourds et langue des signes
Hauts de Seine Habitat

La télévision devra se faire entendre

La télévision française va devoir prêter une oreille attentive aux 4,5 millions de sourds. Le Sénat vient en effet d’approuver plusieurs dispositions visant à obliger les chaînes à accroître « dans un délai de cinq ans maximum l’accessibilité des programmes télévisés aux sourds et malentendants ». Résolutions adoptées dans le cadre de la deuxième lecture du projet de loi sur « l’égalité des droits et des chances des handicapés ».

« Toutes les chaînes qui réalisent une moyenne dépassant 2,5 % d’audience devront sous-titrer 40 % de leurs émissions au risque d’encourir des pénalités financières », explique le rapporteur du projet de loi, Paul Blanc, sénateur des Pyrénées-Orientales. Aujourd’hui, seulement 2 à 20 % des programmes selon les chaînes proposent un sous-titrage, contre environ 53 % en Europe du Nord.

Dans ce paysage audiovisuel, l’émission « L’oeil et la main » (le samedi à 9 h 10 sur France 5) fait mouche. Présentée par un duo de sourds, Isabelle Voizeux et Daniel Abbou, elle mêle, depuis sa création en 1995, langue des signes, sous-titrage et voix off. Une prouesse technique qui mobilise quatre traducteurs. Pour Marion Aldighieri, auteure d’une douzaine de documentaires pour l’émission, dont Nous vieillirons ensemble (diffusé le 30 octobre prochain), « c’est important de proposer cet éventail parce que près de 60 % des malentendants ne savent pas lire ». Et les téléspectateurs sont au rendez-vous. « Nous réunissons entre 3 et 5 % de part d’audiance, commente son responsable éditorial, Hervé Guérin. S’il y avait un panel Mediamétrie uniquement composé de sourds, on réaliserait de loin la meilleure audience du PAF. »

Un article lu : http://www.20minutes.fr – 26/10/2004 à France

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.