La main des sourds

La télé pour promouvoir une langue des signes mauricienne

Les malentendants souhaitent regarder et apprécier les émissions télévisés.

Lors de la clôture de la semaine de la surdité, le Premier ministre Paul Bérenger a souhaité que la langue des signes mauricienne soit davantage diffusée. Il souhaiterait aussi que des programmes télévisés aident à promouvoir et soient adaptés aux malentendants.

La Mauritius Broadcasting Corporation a déjà eu recours à Edwige Seechurn pour signer l’émission Santé Plus. Mais cette dernière utilisait alors la version américaine de la langue des signes. Le Premier ministre souhaite que cette expérience se vulgarise pour d’autres émissions en langue des signes mauricienne. Contacté à l’étranger, Atma Bumma, directeur de la production à la MBC, devait déclarer que la MBC avait déjà initié la langue des signes et « nous ne sommes pas insensibles à cette requête. Il faut juste trouver la personne compétente pour le faire et trouver des solutions aux contraintes techniques ».

De son côté, Edwige Seechurn n’assure plus la traduction en langue des signes pour cause de mauvaise santé. Invitée à commenter cette déclaration du Premier ministre, elle devait dire que tant que ceux concernés sont d’accord, il ne devrait pas y avoir de problème. «L’expérience dira si c’est une bonne décision d’introduire un code pour la langue des signes mauricienne. Il faut que les malentendants et ceux qui utilisent la langue des signes y trouvent leur compte. Dans de nombreux pays, les informations sont signées comme à la Réunion par exemple. Le malentendant est un être humain à part entière », souligne-t-elle.

Le ministre de la Sécurité sociale, Samioullah Lauthan explique que les malentendants mauriciens se comprenaient entre eux par un système de communication gestuelle. « Mais il n’était pas codifié de manière scientifique. Dans d’autres pays, une langue des signes a été officiellement établie. La langue des signes mauricienne a commencé avec 86 signes. Nous en sommes aujourd’hui à 300 signes. Nous espérons pouvoir faire signer les bulletins d’informations », souligne-t-il. Maurice a eu la chance de bénéficier de l’expertise de Alain Gébert, professeur spécialisé à l’Institut national des jeunes sourds de Paris, de Dany Adone, linguiste spécialisée dans la langue des signes ou encore Vinesh Hookoomsing, professeur à l’Université de Maurice entre autres.

Noorjehan Joonas, responsable de l’école des sourds, est ravie de la décision de promouvoir la langue des signes mauricienne. La télévision pourra à son sens aider à cela. Néanmoins, elle explique qu’il sera difficile, du jour au lendemain, de faire entrer cette langue dans les mœurs. « Il faudrait commencer par des histoires pour enfants, comme Blanche Neige, qui seraient signées. L’émission Nu zenfan Moris pourrait par exemple, avoir un reportage qui serait signé. En attendant, ce serait une bonne chose de sous-titrer le journal télévisé de 19h30. Il faut sensibiliser la population avec la langue des signes. C’était bien de commencer avec Santé Plus. Mais c’était une émission pour adultes. L’hymne nationale est déjà bien signé. Il faudrait par exemple, le diffuser régulièrement », explique-t-elle.

Une idée qui sera, nous l’espérons, reprise par la MBC bientôt.

Un article lu : http://www.lexpress.mu – 03/10/2004

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.