La main des sourds

Madeleine au service des malentendants

Permanente au service social des sourds, elle prend une retraite anticipée

Madeleine Renaud Bourasseau, permanente au service social des sourds du Maine-et-Loire, a décidé de quitter ses fonctions et de profiter d’une nouvelle vie. Depuis 1982, elle aidait les personnes sourdes et malentendantes du département dans leurs démarches administratives.
« Une femme entièrement dévouée au service des sourds. » Jean-Pierre Bellier, vice-président du service de permanence social des sourds du Maine-et-Loire, ne tarit pas d’éloges sur celle qui fut pendant plus de 20 ans la permanente emblématique de la structure départementale, située à Angers. C’est en 1982 que l’Abbé Pierre Turquais fonde le service et accueille Madeleine Renaud Bourasseau, alors enseignante à l’école Charlotte-Bouin. Cette Vendéenne d’origine possède déjà à cette époque une solide expérience dans l’aide aux sourds et malentendants.

A ses débuts, pourtant, la découverte du langage des signes n’est pas si évidente. « La première fois, ce fut un peu angoissant. La personne handicapée, c’était moi ! Avec le temps, on s’y met petit à petit », explique-t-elle, les gestes se mêlant inexorablement à ses paroles. « Au départ, j’avais surtout envie de travailler avec des enfants. Puis, avec le temps, j’ai côtoyé des sourds adultes dans un foyer », raconte l’ancienne professeure. Madeleine décide alors de consacrer la moitié de son temps professionnel au service nouvellement mis en place. 22 années consacrées à l’accompagnement des sourds dans leurs démarches administratives.

Le bilan est assurément positif. « Ce fut un travail vraiment épanouissant, notamment dans les rencontres quotidiennes. Il y a tout de même eu quelques moments difficiles à passer. Servir d’interprète lors d’un mariage, c’est merveilleux. Dans un tribunal, pour un divorce, cela l’est beaucoup moins. » Malgré tout, elle s’attend à vivre un pot d’adieu quelque peu délicat. « Il y aura comme un petit pincement au coeur, c’est certain. Et je souhaite à ma collègue la même satisfaction professionnelle. »

Le 1er septembre prochain, Madeleine quittera donc son bureau de la rue du Maine, remplacée par Nathalie Guillon. Certains ont prévenu : ils lâcheront une petite larme. La passation se fera, heureusement, en douceur. La quinquagénaire restera durant un an encore interprète assermentée au tribunal d’Angers. Quatre fois par an, elle continuera également son émission sur France 2 dans « Le jour du Seigneur » où, quelques minutes avant la messe dominicale, elle interroge des personnes malentendantes. Conservant cette même générosité dans ses gestes et ce sourire contagieux.

Un article lu : http://www.angers.maville.com – 25/08/2004 à Angers

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.