Le portail d'information sur les sourds et langue des signes

Sabine Zerdoum, joie pure

Comédienne sourde, beauté superbe, elle joue dans les deux spectacles mis en scène par Claire Lasne à Rasteau

Belle. Peu dire qu’elle est belle. Elle frappe par la radieuse grâce de sa présence. Pas une inconnue, Sabine Zerdoum, pour qui connaît le travail de Claire Lasne. Il y a deux ans, à Châteaublanc, elle traduisait en langue des signes L’Homme des bois de Tchekhov. Belle. C’est trop peu dire. Une femme superbe, grande, sensuelle, visage aux traits fins, architecturé en douceur et fermeté, front dégagé, cheveux d’un blond profond. Grands yeux couleur de temps, vert mousse, jaune d’or, éclats noisette, bleu-gris selon le ciel.

Une chaude lumière émane de tout son être. Éclatante, elle sourit. Elle rit. Mais elle ne parle pas comme on parle. Sabine Zerdoum est née sourde. Elle signe. Pour s’entretenir avec elle, Sophie Hirschi sert de truchement. Interprète de la Langue des signes française (LSF), attachée au travail de Claire Lasne, c’est elle qui a découvert Sabine un beau jour à Toulouse alors que la comédienne très entreprenante dirigeait un atelier de «poésie visuelle» au théâtre national.

Jouer. Elle a toujours voulu cela. Jeu. Être une autre. Elle signe et sa manière de s’exprimer est si harmonieuse que l’on est subjugué et qu’on a le sentiment étrange de comprendre beaucoup. Mais Sophie est là, qui suit fidèlement et donne les nuances et les espérances! Le secret de Sabine est peut-être que son vrai prénom est Salima. Elle est née à Biskra, dans les Aurès, il y a une quarantaine d’années. Son père vit toujours en Kabylie. Parce que sa jolie petite fille était venue au monde sourde, sa maman est revenue en France pour qu’elle soit éduquée au mieux. Et, à la sortie de l’adolescence, c’est elle qui lui a conseillé de changer de prénom.

Jouer. Oui. Elle l’a toujours fait. A l’école, elle faisait rire ses copains, ses copines. Pitre. Gaie, enjouée, ne prenant pas au tragique son destin, mais l’affrontant au contraire. Un peu à la manière d’Emmanuelle Laborit dont elle sait bien tout ce qu’elle a fait pour la cause des sourds et de la langue des signes. Et pour les artistes qui signent. Elle s’est formée à IVT (International Visual Theatre), au château de Vincennes avec Alfredo Corrado. Mais elle ne s’est sentie professionnelle qu’en travaillant à Genève, avec Corinne Vibon.

Dans Princes et Princesses (voir nos éditions d’hier), elle est souveraine et drôle. On pense à Monica Vitti. Ce n’est pas la première fois qu’on le lui dit, avoue-t-elle, troublée et rieuse. Dans Joyeux Anniversaire, comédie sociétale et sentimentale écrite par Claire Lasne, elle incarne une jeune femme en quête d’amour. Aînée de trois sœurs, Mathilde. Et d’origine égyptienne, ce qui la ravit car, dans l’autre spectacle, elle est un moment la reine d’Égypte! Et d’ajouter, se moquant gentiment d’elle-même: «Je crois que le titre, c’est moi qui l’ai inspiré. En effet, chaque fois que quelqu’un dans la troupe fête son anniversaire, je lui chante Happy Birthday!»

Quelle femme, non? Capable de distance, dompteuse de nuages et désagréments. La vie, elle l’accueille dans ce qu’elle a de meilleur. Quatre enfants de dix-neuf ans à quatre ans et demi. Heureuse à Rasteau car elle aime la campagne. Cueillir des fleurs, des plantes, nager, bouquiner, faire la sieste, conduire, surfer sur Internet. Elle prend le réel comme un cadeau du ciel, elle à qui la réalité n’a pas fait tous les cadeaux. Quelle leçon!

Elle rêve d’Algérie où vit encore une grande partie de sa famille. Elle se sent des montagnes de Kabylie. Sauvageonne éblouissante. On croit entendre la voix de Taos Amrouche et le chant profond des poèmes de ce pays âpre et beau auquel Sabine-Salima ressemble tant. L’Algérie. «Mais il faudra du temps, me dit mon père.» Et alors seulement la perse pupille de déesse se voile fugitivement…

Princes et Princesses, les 10 et 12 à 20h30; Joyeux Anniversaire, du 8 au 24 juillet, à 22 heures, avec relâche les 10, 11, 12, 18, tél.: 04.90.14.14.14.

Un article lu : Lefigaro.fr – 08/07/2004

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.